[DOSSIER] Le Cinécity rembobine ses 110 ans

À l’occasion de son anniversaire, le cinéma de Nouméa fait découvrir ses coulisses, samedi 10 septembre. Les visiteurs, cinéphiles ou simples curieux, pourront déambuler dans les locaux techniques et l’histoire du lieu.

Monter les escaliers du Cinécity avec Douglas Hickson revient à retourner dans le passé d’une épopée familiale. À chaque étage, les affiches de films et les photographies historiques inspirent une anecdote au directeur du cinéma de Nouméa. « Tous les Calédoniens sont allés au cinéma, ils ont tous un souvenir », assure-t-il.

L’enfant qui a grandi sur les fauteuils des salles obscures en a peut-être plus que d’autres. Au premier étage, l’arrière-petit-fils du fondateur évoque les débuts de l’aventure en 1912 dans des locaux entièrement en bois. L’actuel cinéma se trouve peu ou prou sur le même emplacement.

Pratique

Visite sur inscription, samedi 10 septembre à 10 heures. Tél. : 29 20 24 / Courriel : commmunitymanager@wdt.nc

Depuis, de nombreux acteurs et lieux se sont ajoutés au générique. Quatre générations se sont succédé et sept cinémas sont sortis de terre, un peu partout dans Nouméa. Les cinémas Hickson ont connu tour à tour le numérique, la couleur, le parlant et la fin du muet. « En 1933, mes grands-parents sont partis en Australie et en Métropole pour rapporter des films parlants, retrace le descendant. Ils ont alors découvert les problèmes d’acoustique. Le son résonnait parce que la première salle était en terre battue et recouverte de tôle. » L’entreprise s’est développée, a racheté des concurrents, ouvert des salles, en a fermé d’autres.

Au dernier étage, les fichiers informatiques ont remplacé les rouleaux de pellicule. Les ordinateurs, les projecteurs.

Du Liberty au Cinécity

Les noms et les formes ont changé et évolué. Du Liberty au Cinécity, les multiplexes ont supplanté les complexes. Les grandes salles ont été divisées en petites. « Avec la télévision dans les années 1970, les salles se sont vidées. Le premier réflexe a été d’en faire plusieurs pour proposer plusieurs films en même temps. » La société a résisté à l’avènement des cassettes, puis des DVD, en agrandissant et en multipliant les écrans.

Aujourd’hui, le Cinécity s’adapte à « la troisième grande transformation » : le cinéma à la demande. « On n’a plus besoin d’aller au cinéma, les images sont partout », déplore Douglas Hickson. Les équipes du multiplexe ont remonté le temps pour trouver une solution. Ils proposeront prochainement un remake d’un de leurs plus grands succès en rouvrant le drive-in du Pont-des-Français, seize ans après sa fermeture. La grande saga des Hickson n’en est pas à son dernier épisode.

Brice Bacquet

Photo : En 110 ans, les cinémas Hickson ont été légués de père en fils, de Thomas à Walter, de Walter à Bob, jusqu’aux trois frères : Douglas (photo), Thomas et Walter. / B.B.

Dans notre dossier

Dans les archives des bagnards
Le service des archives de la Nouvelle-Calédonie ouvre ses portes, samedi 10 septembre, de 8 heures à 17 heures. →

Ils enquêtent pour faire la lumière sur l’histoire de Dumbéa
La commune de Dumbéa a trouvé la combinaison parfaite pour allier patrimoine et divertissement, sans que ce soit barbant. Un escape game. →

Fête de Saint-Louis : « Année après année, on améliore l’image de la tribu »
Pour la sixième année consécutive, Saint-Louis présentera son patrimoine à plusieurs milliers de visiteurs, samedi 17 septembre. →

Deva : une histoire de près de 3 000 ans
Samedi 17 septembre, le Domaine de Deva accueillera le public. Parmi les activités proposées, des visites archéologiques permettant de comprendre l’histoire de ces lieux depuis l’ère Lapita.→

Chronologie des cinémas Hickson
Chronologie des cinémas Hickson(1)

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market