[DOSSIER] Neuf grains, une production à l’américaine sauce calédonienne

La série Neuf grains sera une fiction entièrement imaginée et réalisée en Nouvelle-Calédonie. Le projet, toujours en préparation, sera diffusé en six épisodes de 26 minutes sur Canal+, puis sur Caledonia.

Neuf grains respire la poudre des cartouches de chevrotine et l’odeur forte du bétail sorti de l’enclos. Les protagonistes évoluent dans des paddocks et des stockyard. Ils parlent de coutume, d’identité, de terre et de propriété.

La future série a beau se dérouler dans la commune fictive de Pouhama, elle se passe bien en Nouvelle-Calédonie. Aucun doute.

« C’est l’histoire d’une parcelle convoitée par deux amis Charles et Nedu, un éleveur et un agriculteur », résume son créateur Benjamin de Los Santos, sans trop vouloir en dévoiler pour l’instant. Le réalisateur calédonien mûrit le projet depuis six ans.

Sa création a « tapé dans l’œil » de Canal+, lorsqu’une première version a été présentée en 2019 au festival du cinéma de La Foa. « Quand j’ai vu le pilote, je savais que je voulais en faire une série », confie Samantha Mazzocco-Reynaud, responsable des programmes et des coproductions à Canal+ Nouvelle-Calédonie.

Benjamin de Los Santos a déjà réalisé deux courts métrages autour du projet Neuf grains. / Delphine Mayeur

Le groupe s’est engagé à diffuser les six épisodes de 26 minutes. La chaîne Caledonia participe aussi au financement de cette « première grosse production locale ». « Ce type de série est un vrai challenge, explique Catherine Marconnet, productrice avec Archipel production. J’ai produit des fictions en Polynésie, mais pas encore en Nouvelle-Calédonie. On va pouvoir montrer l’étendue de ce qu’on peut faire ici. »

« Un vrai récit universel »

Benjamin de Los Santos n’en est pas à son premier coup d’essai. Avant Neuf grains, le trentenaire a travaillé sur plusieurs courts métrages et la série télévisée Foudre, dont cinq saisons se déroulent sur le territoire.

Depuis qu’il travaille avec Archipel production et Canal+, le réalisateur a retravaillé le projet, revu ses ambitions à la hausse pour imaginer une série dramatique imprégnée de la Brousse, à mi-chemin entre un western et Sur écoute (The Wire) de David Simon.

Il a été aidé par Sacha Wolff, réalisateur de Mercenaire. « Je veux parler de la Nouvelle-Calédonie depuis que je fais de l’audiovisuel. Le déclencheur, c’est la volonté de faire une série aussi intéressante que les roductions américaines, mais dans un contexte calédonien. »

 

Neuf grains ?

Le titre de la série fait référence au nombre de billes de plomb dans une cartouche de chevrotine.

 

Le cinéaste dit s’affranchir de « la peur de ne pas être compris à l’international ». Il veut faire « entrer le spectateur dans un univers, un vrai récit universel » ancré dans la réalité calédonienne. La découverte de la première fiction 100 % locale attendra.

Les scénarios de chaque épisode, coécrits avec l’aide de Fabien Dubedout et Nunë Luepak, sont terminés, mais le tournage ne commencera qu’avec la fin de la Niña, parce que le synopsis de la série tourne autour de la sécheresse. « Je travaille depuis tellement longtemps dessus, que chaque étape est une victoire », confie Benjamin de Los Santos.

Aucune date de diffusion n’est pour l’instant avancée. Les équipes cherchent encore les lieux de tournage et poursuivent la sélection des acteurs.

Brice Bacquet

Photo : Une série est plus coûteuse à produire à cause du nombre de journées de tournage et de la logistique pour chaque épisode / BAT Province Sud

 

DEUX PRÉCÉDENTS

Neuf grains ne sera pas la première fiction entièrement produite et tournée en Nouvelle-Calédonie. Chez Nadette, diffusé sur NC La 1ère à partir de 2008, racontait le quotidien de plusieurs personnages caricaturaux et représentatifs du territoire se retrouvant dans une épicerie.

En 2002, Une famille très pacifique était la première production locale.

Dans notre dossier

Coup de projecteur sur l’audiovisuel
La 24e édition du festival de La Foa a réuni la semaine dernière une partie du monde audiovisuel. L’occasion de s’intéresser à ce secteur très dynamique, gorgé de professionnels formés.

Marielle Karabeu, l’enfant du pays devenue star de la télé
Marielle Karabeu est plus connue sous le nom de son personnage dans la série OPJ : Kelly Kwaté. Elle interprète la policière calédonienne à la télévision depuis 2019.

Les partenaires essentiels de l’audiovisuel
Tour d’horizon des partenaires essentiels de l’audiovisuel : les chaînes, les cinémas et les festivals.

Dorothée Tromparent : « Capter la parole au moment où elle se libère »
La réalisatrice et productrice Dorothée Tromparent a signé ces dernières années avec Emmanuel Desbouiges des documentaires saisissants.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market