Un deuxième mur d’escalade à Koutio !

La deuxième structure artificielle d’escalade du territoire vient d’ouvrir ses portes au public cette semaine. Réservé au bloc, le mur est situé au complexe de Koutio et devrait accueillir plus de 100 000 passages par an. Mawem Bassa, le directeur technique régional de la ligue d’escalade, nous en dit un peu plus.

Pouvez-vous nous décrire ce nouveau mur ?

Il s’agit en fait d’un mur linéaire de deux faces de 25 mètres de long sur 5 mètres de hauteur qui répond aux normes internationales de compétition de blocs et pourra accueillir 200 prises. Il est entièrement couvert. Il s’adresse aux débutants jusqu’aux compétiteurs internationaux. Ce qui fera la difficulté entre les niveaux, ce sera la taille des prises. Nous avons prévu une face d’initiation et une face typée « compet » pour préparer nos athlètes aux compétitions de haut niveau.

Est-ce qu’il est différent de celui de Magenta ?

Oui. Sur le mur de Magenta, on pratique les disciplines de la vitesse et de la difficulté. À Koutio, il s’agit de la troisième et dernière discipline d’escalade internationale avec le bloc. On ferme ainsi la boucle des éléments matériels nécessaires à une compétition sélective pour les Jeux olympiques de 2020 qui combine les trois disciplines : la vitesse, la difficulté et le bloc. Avec le mur de Koutio, on peut donc à présent accueillir des compétitions internationales de combiné, c’est ce que l’on fera sûrement avec les Oceania l’année prochaine. La Calédonie pourra également servir de base pour la préparation des JO.

Pour les non-initiés, qu’est-ce que le bloc ?

Si la difficulté et la vitesse parlent d’elles-mêmes dans leur terminologie, le bloc est en fait une discipline qui se pratique sur des éléments qui ne dépassent pas 5 mètres de haut sans baudrier, ni corde, les chutes éventuelles étant sécurisées par de gros matelas de réception. En compétition, chaque bloc présenté est équipé de prises agencées pour former un itinéraire plus ou moins difficile requérant des qualités diverses : forces, technique, souplesse, coordination… L’objectif est de réaliser les blocs proposés (en tenant la prise finale) avec le moins d’essais possibles et en un temps donné.

Malgré un nombre croissant de licenciés et de pratiquants, on sait que la ligue d’escalade connaît, comme beaucoup, des problèmes de financement et ne peut compter franchement sur les subventions. Comment avez-vous pu ouvrir un deuxième mur artificiel ?

Le but n’est pas de se focaliser sur les problèmes rencontrés par le passé à Magenta comme le gardiennage ou le financement du fonctionnement, mais sur les solutions. Alors, certes, on reste dans un milieu associatif qui n’est pas forcément rémunérateur, d’autant que nos objectifs sont ambitieux. Nous voulons que l’escalade soit accessible au plus grand nombre tout en organisant aussi des compétitions internationales. Avec le mur de Koutio, c’est désormais possible. Grâce à la volonté de la ligue et au soutien de la mairie de Dumbéa, nous avons pu ouvrir ce deuxième mur. Nous pouvons donc enfin réaliser des compétitions de combinés et répondre à une forte demande d’adhérents et de pratiquants sur le Grand Nouméa. Tous les ingrédients sont réunis pour réussir.

Justement, qui a financé le mur ?

Le mur et ses aménagements devraient coûter 70 millions au final, financés à la fois par l’État, la province Sud et la mairie de Dumbéa. La mairie met l’équipement à notre disposition pour que nous puissions accueillir, comme à Magenta, les licenciés et les scolaires. La ville va également prendre à son compte les charges de fonctionnement et financer la moitié du gardiennage, la ligue prenant à sa charge l’autre moitié.

Combien espérez-vous accueillir de grimpeurs à Koutio ?

Nous avons à ce jour plus de 700 licenciés et nous pensons passer à 1 000 avec le mur de Koutio. Concernant les scolaires, nous disposons d’un bassin minimum de 3 000 élèves à proximité et de 9 000 sur l’ensemble des scolaires de Dumbéa. À Nouméa, nous avons déjà plus de 100 000 passages et nous espérons en avoir autant, voire plus sur Koutio.

C.S.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market