Retour sur les parquets

Premier jour où la compétition est autorisée et premier match de basket officiel à la Jeune-Scène, à Nouméa. Un match de barrage entre l’Olympique et Païta comme mise en jambe avant le début du championnat de Nouvelle-Calédonie.

Le buzzer ne fonctionnait pas, ce lundi soir, à la Jeune-Scène, pour le match entre le BC Païta et l’Olympique. Un problème de piles. Seule anicroche d’une soirée de reprise réussie pour le basket calédonien, mais aussi pour le sport en général puisque la ligue n’a pas attendu longtemps pour organiser ce premier match. Il s’est déroulé le premier jour d’autorisation, après trois mois d’arrêt à cause de la crise sanitaire, des règles de confinement, puis de distanciation physique. « Ça fait plaisir de retrouver la compétition, sourit Steeve Barbe, intérieur du BCP, qui aura inscrit le premier panier du match, lançant ainsi son équipe vers la victoire (61-46). La difficulté, c’était de retrouver la forme après le confinement, mais on avait pu s’entraîner depuis le mois dernier, donc physiquement, tout va bien. » Car l’enjeu était là : retrouver le championnat de Nouvelle- Calédonie sans s’abîmer au passage, après des semaines de pause.

Soucis d’effectif

La problématique principale de Charles Haho, coach de l’Olympique, aura été de mobiliser les troupes. Il a d’ailleurs dû mettre le maillot quelques minutes, lundi, pour pallier un effectif un peu clairsemé. « Nous sommes un club de basket loisir, explique-t-il. Donc on ne s’est retrouvé il y a deux semaines seulement et avec certains qui ont préféré ne pas s’entraîner en groupe. En plus, avec les vacances, cela rajoute de l’absentéisme, mais je comprends tout à fait la ligue qui n’a plus beaucoup de temps pour organiser un championnat. »

Sur le parquet, on ne pense plus aux distances physiques et les contacts sont revenus. Le temps du confinement et des restrictions est désormais loin. Même chose dans les gradins. Le public a répondu présent avec une cinquantaine de personnes venues assister à un match à enjeu, puisque avec sa victoire, Païta accède à la poule 1 du championnat. Des supporteurs, surtout du BCP, qui ont pu suivre un match comme si la crise n’avait jamais eu lieu. Sans aucune restriction.

Pas de huis clos

Comme annoncé la semaine par le président du gouvernement, tout est rentré dans l’ordre. Et ce n’est pas pour déplaire à Thierry Durand, président de la Ligue calédonienne de basket, qui a pu souffler au moment du coup d’envoi. « On est vraiment content de pouvoir reprendre, parce qu’il y a eu un gros travail effectué pour mettre en place un nouveau calendrier. » La semaine dernière, le patron du basket local a eu également le soulagement d’apprendre que toutes les règles de distanciation allaient être levées. « On a douté jusqu’au dernier moment, reconnaît-il. On avait peur que le gouvernement nous bloque encore une petite semaine avant la reprise. Et ce qui est encore mieux, c’est que même le public a pu être là, sans avoir besoin d’inscrire son identité dans un registre. Même si on était prêt à cette éventualité, c’est quand même plus simple comme ça. » Le basket est donc reparti et il va rester en place jusqu’à la mi-décembre.


La Coupe du Pacifique en octobre ?

L’interrogation reste entière pour le moment quant à la tenue de la Coupe du Pacifique cette année. Matchs qui opposent les champions de Tahiti et de Nouvelle-Calédonie, hommes et femmes, ils se déroulent habituellement en octobre. « On ne sait pas encore dans quelle mesure les Tahitiens pourront venir sur le territoire, commente Thierry Durant. Je ne suis même pas sûr non plus qu’ils aient pu avoir un champion pour le moment. » Cette compétition, organisée en alternance sur le Caillou et au Fenua, doit opposer Voh, pour les filles, et Dumbéa, pour les garçons, aux champions tahitiens. Un succès leur donnerait accès aux finales nationales.

A.B.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market