Reprise progressive de la desserte intérieure

Le confinement adapté pour une durée de quinze jours va permettre une reprise progressive des transports domestiques. Aérien, terrestre ou maritime, voici comment les choses devraient se passer dans les jours à venir.

La Nouvelle-Calédonie est le premier territoire à mettre en place un confinement adapté. Cette décision répondant au besoin de limiter la casse économique nécessite toutefois le respect des gestes barrières, le risque de la présence du Covid-19 sur le territoire n’étant pas totalement écarté. Sur le plan économique, la reprise passe impérativement par la remise en place des transports qui sont un prérequis pour un grand nombre d’activités.

Les transports internationaux, aussi bien aériens que maritimes, resteront à l’arrêt pendant encore un bon moment. L’arrêté du 19 avril, qui encadre le confinement adapté, stipule que les transports internationaux sont suspendus, sans plus de précision, donc jusqu’à nouvel ordre. Lors de l’annonce de la période transitoire, Laurent Prévost, le haut- commissaire de la République, a toutefois indiqué qu’un lien minimum devrait être instauré avec la France métropolitaine.

Un lien pour maintenir un cordon sanitaire et permettre le rapatriement des Calédoniens bloqués à l’extérieur qui suscite d’ailleurs des divisions politiques, notamment en raison de la position de la Direction des a aires sanitaires et sociales. La Dass estime important le risque d’introduction du virus par des personnes venant de l’extérieur. Le dossier est entre les mains de Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement en charge des transports et de l’Union calédonienne, un parti qui ne s’est pas prononcé contre le rapatriement, mais demande davantage de garanties pour éviter l’introduction du virus. Le gouvernement a en partie entendu le message et revu ses protocoles (lire en page 4-5). En attendant de pouvoir transporter des passagers, Aircalin poursuit les vols cargo pour approvisionner le territoire en matériel médical, en courrier ou encore en produits frais. Depuis la fermeture de l’aéroport international de Nouméa-La Tontouta, ce sont près de 150 tonnes de fret qui ont ainsi pu être acheminées par les airs.

Dans les airs

Après avoir été suspendus, à l’initiative des coutumiers, les vols intérieurs peuvent désormais reprendre. C’est ce que permet l’arrêté du gouvernement. Si toutes les conditions sanitaires semblent réunies, il reste à obtenir l’aval des autorités coutumières. Air Calédonie avait annoncé la reprise des vols à compter du mercredi 22 avril. Lors de l’annonce du confinement adapté, le jeudi 16 avril, le haut-commissaire avait exprimé son « souhait » de voir reprendre les vols entre la Grande Terre et les îles. Une formulation qui reconnaissait l’autorité des grands chefs alors que l’aviation civile est une compétence mixte de l’État et du gouvernement.

Et les grands chefs se sont opposés à cette reprise, allant à l’encontre des préconisations de l’État et du gouvernement. Des prises de position qui laissent transparaître les difficultés du gouvernement pour assurer la coordination entre les différentes autorités. À Lifou, par exemple, les grands chefs ont décidé de suspendre l’intégralité des vols jusqu’au 4 mai, tout comme les autres chefferies des autres îles de la province. Des décisions qui ont repoussé la reprise des rotations d’Air Calédonie. Les voyageurs pour les îles devront donc encore patienter. Aircal rappelle cependant aux passagers qu’ils peuvent se rendre sur le site internet pour réserver leur place ou en appelant le 25 21 77. Les agences, les billetteries et le service de fret resteront fermées jusqu’au 3 mai.

De son côté, Air Loyauté poursuit le pont aérien mis en place pendant la période de confinement et reste dans l’attente de la réouverture des aérodromes des îles. Jeudi dernier, la compagnie avait décidé de suspendre ses liaisons suite à un contrôle des passagers de la gendarmerie qui avait conduit au blocage d’un des avions. Les gendarmes remettaient notamment en cause la validité de la réquisition du personnel transporté (un dentiste salarié de la Direction de l’action communautaire et de l’action sanitaire). La compagnie a pu remettre en place le pont aérien le vendredi après-midi. Tout comme Aircal, Air Loyauté devra attendre la poursuite du confinement des îles décidée par les grands chefs.

Sur la route

Au niveau du transport terrestre, le réseau interurbain d’autocars n’a toujours pas repris. Face à la volonté de la province Nord de ne pas précipiter les choses, le réseau Raï ne reprendra pas avant le début de la semaine prochaine après avoir suspendu ses lignes juste avant le début du con nement, le 22 mars. La quarantaine de bus qui transporte près de 420 000 usagers chaque année devrait pouvoir opérer ses 16 lignes normalement dans le courant de la semaine prochaine. Lors de la reprise, le Raï devrait en profiter pour offrir de nouveaux services et en particulier un système de réservation des places, une nouveauté pour assurer la sécurité sanitaire des voyageurs. Le fonctionnement tiendra compte de la distanciation sociale et les passagers devront dorénavant respecter leurs places numérotées.

Le réseau Taneo n’a quant à lui, jamais cessé, son activité. Cette dernière a été adaptée pendant le confinement, mais a repris normalement à partir du 20 avril. Jusqu’au 10 mai, des mesures particulières seront imposées pour assurer la sécurité des voyageurs. Les files d’attente devront se former à l’extérieur des agences commerciales. La vente de titres de transport est suspendue à l’intérieur des bus qui seront désinfectés quotidiennement. L’entrée et la sortie se feront par les portes arrière des bus. Les tickets secours et les pass journée achetés sur les bornes automatiques seront exceptionnellement acceptés. Même si aucune limite de passagers n’a été fixée à l’intérieur des bus, il est demandé aux passagers de respecter les gestes barrières.

Concernant les navettes maritimes, le nombre de voyageurs est limité à six passagers et la réservation est obligatoire, par téléphone au 46 75 38 ou par mail à smtu@smtu.nc. Pour le transport scolaire, la distanciation sociale se fera naturellement grâce à la rentrée des élèves par demi-groupes.

Le transport maritime

Le transport maritime a, lui aussi, été fortement impacté. C’est en particulier le cas du Betico qui a dû rester à quai. Tout comme l’aérien, le transport maritime domestique a été suspendu durant le temps du confinement, les responsables coutumiers souhaitant maintenir d’une certaine manière le confinement. Le Betico est toutefois en mesure d’assurer ses rotations normales, comme le prévoit l’arrêté du gouvernement. Elles devraient pouvoir reprendre normalement à compter du 4 mai pour les îles Loyauté.

Les autorités coutumières de l’île des Pins ont, quant à elles, indiqué que les infrastructures seront accessibles à partir du 30 avril. Le grand chef du district de Tadine, César Waikedre Yeiwene, à Maré, a pris les devants afin de répondre aux besoins des familles bloquées sur Nouméa. Il a donné son accord à une rotation du Betico à condition qu’il transporte 100 passagers au maximum, que le navire soit désinfecté au départ et que les personnes, répondant à des critères sanitaires stricts, soient de Maré. Les passagers seront tous placés en confinement à leur arrivée.

Comme l’aérien, le transport maritime international a totalement cessé, en dehors du transport de marchandises dans des règles sanitaires strictes. Il en est ainsi pour les paquebots de croisière, mais aussi pour les plus petites embarcations qui viendraient de l’étranger. Seul les bateaux avec des Calédoniens à bord sont susceptibles d’être acceptés au titre d’un rapatriement.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market