Le gaz de Papouasie, une « opportunité » pour 30 entreprises calédoniennes

Réunies sous l’égide du cluster New Caledonia Trade & Invest (NCT&I), une trentaine d’entreprises espèrent décrocher des contrats dans Papua LNG, le gigantesque projet d’exploitation des gisements de gaz mené par TotalEnergies.

Une délégation calédonienne a défendu son offre auprès de la branche de TotalEnergies en Papouasie, au mois de mars. Rien n’est gagné, mais Christopher Lorho, l’un des administrateurs du groupement d’entreprises NCT&I*, est persuadé qu’il est possible de saisir cette « opportunité », malgré la concurrence venue de Chine, d’Australie ou encore d’Europe. « Il est certain qu’il y a du monde sur ce projet, mais nous avons des atouts. » Pour répondre aux « énormes besoins » générés par les 18 000 emplois (au pic de la construction des usines et des pipelines), une trentaine de sociétés se sont unies pour proposer un « lien logistique direct » avec Nouméa.

Une ligne directe Tontouta-Port Moresby ?

La « clé » de l’offre calédonienne : la création d’une ligne aérienne par Aircalin, qui serait prête à effectuer une, voire deux rotations par semaine sur Port Moresby, et la « qualité » de l’offre de soins. La clinique, le Médipôle et le centre de radiothérapie ont conçu une « offre commune » pour concurrencer les hôpitaux australiens sur le marché des Évasan. « Cette activité supplémentaire, rémunérée de façon spécifique, serait évidemment la bienvenue », explique Pascal Olejniczak, directeur adjoint du Médipôle, qui décrit un fonctionnement « similaire » à celui en vigueur avec Wallis-et-Futuna. La « solvabilité » et l’ « acheminement » des patients serait garantie par les assureurs.

Pour la prise en charge des proches des nombreux expatriés, français notamment, que ce soit pour l’hébergement ou la scolarisation, NCT&I est convaincu que Nouméa serait une destination de choix et envisage d’accueillir une cinquantaine de familles. Si cet argumentaire séduit TotalEnergies, NCT&I a bon espoir de décrocher quelques contrats pour ses entreprises du BTP, des services, etc.

Neuf milliards, « un super objectif »

« Aucune société calédonienne ne remportera un lot directement attribué par TotalEnergies, ils sont trop importants, précise Christopher Lorho. Le but est de devenir sous-traitant d’un sous-traitant. » Ce qui peut déjà rapporter gros : « 0,5 % de l’investissement total », soit neuf milliards de francs, « ce serait un super objectif ».

Mais la Papouasie-Nouvelle-Guinée « n’est pas simple », assure celui qui dirige la société de services en ressources humaines Easy Skill, notamment implantée à Port Moresby. « Il faut prendre en compte un certain investissement de départ, mais le jeu en vaut la chandelle, il y aura un retour sur investissement. Et c’est maintenant qu’il faut agir. »

Les grands travaux commenceront en 2024. NCT&I compte rapidement envoyer un représentant permanent des entreprises calédoniennes à Port Moresby et espère de bonnes nouvelles dans les prochains mois.

 

*Cluster composé de 110 membres (entreprises et institutions) destiné à promouvoir l’export et l’investissement en Nouvelle-Calédonie.

 


1 800 milliards de francs

seront investis dans le projet Papua LNG, deux fois plus important que l’usine du Nord.

 

Gilles Caprais (© G.C.)

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market