Le Comité de cyclisme investit le VTT

Après la 19e Megarando, les rendez-vous VTT se succèdent. Les vététistes seront assurément au départ des prochaines courses : rando VTT du 17 septembre à Boulouparis et dernières étapes du VTT Pro Tour, le 25 septembre à la Rivière bleue et le 13 novembre à Tina.

euf courses programmées par le Comité régional de cyclisme entre juillet et novembre prochain. 38 parcours balisés sur cinq sites : Deva, parc des Grandes Fougères, Tina, parc de la Rivière bleue et Netcha, représentant plusieurs centaines de kilomètres de parcours en province Sud. La pratique du VTT s’est développée et de nouveaux parcours vont voir le jour notamment à Boulari, Plum, Deva avec une deuxième piste familiale, et Païamboué à Koné.

« Il y a aussi une volonté de la province Nord de développer la pratique du sport nature. Le Comité l’accompagne techniquement pour l’aménagement, en 2023, de trois pistes vertes et bleues, donc avec un label VTT, explique Tommy Vanoudendycke, président du Comité de cyclisme. Pour tous les sites qui nécessitent une infrastructure, on travaille en concertation avec les collectivités. On les informe de nos projets, qui peuvent être financés à hauteur de 80 % par l’ANS (Agence nationale du sport) et elles gèrent le foncier, l’entretien des sites, puis les clubs s’occupent de l’animation. »

Compétition ou loisir

La création d’événements incite à la pratique, à l’instar de la première TinAvélo en 2017 qui a attiré plus de 1 500 personnes, et avant elle, la Megarando, créée en 2004 par VTT Passion, ou la Pérignon VTT, organisée par Sport Santé Calédonie. « VTT Passion a aidé à la popularisation de la discipline, indique Florian Barket, cycliste et conseiller technique auprès du Comité. Mon oncle (ndlr : Laurent Devaud) a participé à la création du club parce qu’il aimait organiser des événements, ouvrir des pistes et faire des sorties entre copains. »

De 400 participants en 2004, la Megarando en a accueilli près de 1 900 en 2020. « Ils sont obligés de bloquer les inscriptions », souligne David Esposito, ancien triathlète et champion de VTT. Le Calédonien a roulé « sept fois à la Pérignon VTT, des dizaines en Australie et Nouvelle-Zélande et une dizaine de fois à la Megarando, rendez-vous familial et événement phare du VTT pour le grand public. Je ne peux pas faire de sport sans faire de la compétition. J’ai toujours baigné dans cette ambiance, dans le monde du cyclisme avec mon frère Sylvio, coureur sur piste entre 85 et 98. J’ai découvert le VTT à 10 ans grâce à Gianni Moisan qui en vendait dans sa boutique et on roulait sur les collines de Magenta (ndlr : où il y a des logements aujourd’hui). Ensuite, j’ai fait du triathlon et je suis allé à Guam en 1999. En 2015, je me suis mis au VTT, avec notamment Lionel Radigue. »

Attirer les jeunes

Si certains, à l’image de David Esposito, recherchent la compétition, de nombreux pratiquants désirent plutôt s’amuser. Pour le président du Comité, il faut donc continuer à développer des projets pour augmenter la pratique et espérer plus de compétiteurs. « Cela fait un peu plus de cinq ans que la discipline monte. La multiplication des pistes de VTT et le projet de labellisation d’une piste tout terrain ‒ niveau XCO ‒ à Tina amèneront plus de jeunes. »

Kim Vuong, vététiste de 16 ans, s’est lancée dans la compétition depuis le début de l’année. La cadette participe aux mêmes courses que son père. Ses objectifs ? « Pour l’instant, je suis entre la compétition et le loisir. À la Pro Tour, j’ai vu une jeune de 15 ans. Si elle est présente pour les autres étapes, je vais essayer de la suivre. » D’ici deux ans, pour « faire vivre une expérience aux jeunes, on souhaite organiser un Océania de VTT en mars 2024 et rassembler les meilleurs mondiaux », confie Tommy Vanoudendycke.

Dans 10 ans, les JO 2032 se tiendront à Brisbane et le futur parcours XCO, un label délivré par la Fédération française de cyclisme (FFC) et financé par l’ANS, permettra « d’accueillir des stages d’entraînement, des compétitions et d’avoir de bonnes conditions de préparation pour les JO parce que c’est un niveau que l’on retrouve à l’international », conclut Florian Barket. L’avenir du vélo passerait-il par le VTT ?

Marie-Hélène Merlini

Photo : Au départ d’une course à La Tontouta : les hommes déjà prêts à en découdre.  / Arlène Porterat

Chiffres

6000 visiteurs par mois aux boucles de Tina 6 clubs de VTT pour 150 licenciés.

Courses à venir

2 octobre : Enduro VTT à Nouville
2 octobre : La Pérignon VTT à la Rivière bleue 30 octobre : 12 Hrs – XC à Bourail
12-13 novembre : VTT XC à Koumac
12-13 novembre : TinAvélo au golf de Tina 19 novembre : XC Chenevier à Ouatom

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market