Élection au Medef-NC : deux offres radicalement différentes

L’élection pour la présidence du Medef-NC se déroulera le 17 juin. Pour la première fois, deux listes s’opposeront avec des programmes radicalement différents. La liste Uni Medef-NC, de Valérie Zaoui, fera face à Medef 2.0, tirée par Divy Bartra. Deux programmes qui reflètent deux visions bien distinctes de l’avenir à donner au mouvement patronal.

C’est une page qui va se tourner au Medef Nouvelle-Calédonie avec l’élection du prochain bureau, le 17 juin. Les grandes figures qui ont animé le mouvement patronal ces dernières années vont laisser la place aux jeunes qui ne sont toutefois pas totalement inconnus. Valérie Zaoui, la fondatrice de la société Hestia, était déjà vice-présidente, en charge de l’emploi et de la formation. Elle présente sa liste Uni Medef-NC face à celle de Divy Bartra, Medef 2.0. Le gérant de l’Agence générale était jusqu’à présent le président de la commission économie et fiscalité.

Le fait que deux candidatures soient en lice est loin d’être anodin à l’organisation patronale où, pendant des années, une même ligne a été défendue, soit par un unique président soit par un groupe de coprésidents. C’est actuellement Daniel Ochida qui occupe la fonction du président du mouvement, seul depuis 2018 et de manière collégiale entre 2009 et 2018. La mise en retrait des grandes figures va permettre l’arrivée sur le devant de la scène d’une nouvelle génération d’entrepreneurs qui ont des idées sensiblement différentes.

Deux listes, deux visions

Divy Bartra 

C’est en particulier le cas de la liste Medef 2.0 dont le programme a un ton résolument politique. Certains points pourraient même sembler provocateurs dans un contexte préréférendaire où les différents partis politiques commencent de plus en plus à montrer leurs muscles. Ainsi, le troisième axe de Divy Bartra prévoit de quasiment doubler la population d’ici 2050.

Pour y parvenir, le collectif de chefs d’entreprise milite pour l’instauration d’une politique d’immigration choisie et d’une stratégie volontariste d’attraction des talents et des ménages à fort pouvoir d’achat. Une immigration qui vise à accroître la taille du marché calédonien et assurer notamment la pérennité du système de protection sociale ou encore le développement de nouvelles filières.

Sur la question de la fiscalité, exception faite de la simplification de la TGC, qui est souhaitée par les deux listes, Medef 2.0 va plus loin en insistant sur l’importance de réduire le coût du travail au travers du transfert du financement de la protection sociale vers l’impôt. De la même manière, il est proposé que l’impôt sur les sociétés soit revu à la baisse et qu’un régime fiscal spécifique soit mis en place pour encourager les investisseurs à venir sur le Caillou. Plus généralement, il s’agirait de réduire la pression fiscale sur les entreprises et la transférer sur des impôts ayant une base plus large. Dans cette veine, la piste d’un impôt sur le revenu prélevé à la source et qui toucherait davantage de contribuables.

Un programme ambitieux et qui assume de vouloir réformer la vision du Medef-NC. Face à cette liste, Valérie Zaoui et Uni Medef-NC proposent également des changements, mais insistent sur la continuité. La liste a ainsi reçu le soutien de quelques « anciens » du monde patronal calédonien. Valérie Zaoui ne souhaite pas faire de promesse, mais plutôt avancer des propositions pragmatiques et en phase avec la réalité. C’est en particulier le cas des idées en matière d’emploi et de formation avec la création d’une bourse permettant aux entreprises de mettre du personnel à disposition en cas de baisse d’activité ou encore la création d’une plateforme de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) grâce à l’accès à l’ensemble des données nécessaires.

Peser dans les réformes

Contrairement à la liste Medef 2.0, la liste Uni Medef-NC met en avant l’unité du mouvement, en particulier le retour de la Fédération des industries et l’importance de discuter avec eux. Une main tendue qui tranche avec le programme porté par la liste de Divy Bartra qui, s’il n’oublie l’industrie locale, estime que le développement du tissu industriel ne doit pas se faire au détriment des consommateurs. Une position clairement divergente avec les récentes déclarations du président de la Finc, Xavier Benoist.

Les grandes difficultés économiques liées au Covid-19 attendues feront que l’unité du monde patronal sera l’un des grands enjeux de ces prochains mois. L’objectif est de parvenir à peser dans les réformes économiques, fiscales et sociales déjà annoncées. Le manque d’unité pourrait affaiblir le lobbying auprès des responsables politiques. Cet enjeu d’unité vaut également pour plusieurs dossiers comme celui du dialogue social ou de la réforme des instances représentatives du personnel (IRP). Des sujets sensibles qui nécessiteront un minimum de consensus pour faire avancer ce dernier chantier qui a été engagé, mais désormais en panne.

Au-delà des différences, les deux listes présentent toutefois des points de convergence : un meilleur accompagnement des membres ou la volonté de simplifier les démarches administratives. L’ensemble du contenu des deux programmes est à retrouver sur internet sur le site www.medef20.nc pour la liste de Divy Bartra et sur la page facebook Uni Medef NC pour la liste de Valérie Zaoui.

M.D.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market