De l’amour sur toiles

L’artiste Sandrina Fouache présente en cette première quinzaine d’août son exposition annuelle à la galerie Arte Bello. Chuchotements d’amour…, c’est une quarantaine de toiles, sur l’amour, bien sûr, mais aussi la douceur, la bienveillance et la gaieté. Tous ces « élans du cœur que nous offre la vie quand nous lui faisons confiance » … 

Sandrina Fouache est de ces artistes qui font (vraiment) du bien. Ses toiles très vives et colorées à l’acrylique, aux reliefs dorés, où le tracé droit est inexistant, les courbes omniprésentes procurent un plaisir immédiat. On y trouve toujours des couleurs brutes, des spirales, souvent une figure féminine aux formes accueillantes, aux lèvres attirantes, des hommes bienveillants, une multitude de tiarés, des poissons « humanisés », une végétation généreuse, pas mal d’humour et l’esprit de la Polynésie.

L’univers de Sandrina Fouache est poétique, apaisant, rassurant. Il invite à savourer l’instant présent, la nonchalance, la joie de vivre, de même que la détente, le voyage.

Ces compositions, finalement, reflètent bien l’univers de l’artiste, celui qu’elle s’est peu à peu construit et qu’elle souhaite transmettre aux autres par ses toiles.

Univers 

Pour ceux qui ne la connaissent pas, Sandrina Fouache, c’est toute une histoire et de multiples influences. Née à Tahiti d’un père parisien travaillant en Indonésie, artiste peintre et collectionneur d’objets d’art, et d’une maman née aux îles Marquises de parents hawaïens et péruviens, elle s’est installée en famille en Nouvelle-Calédonie dès son plus jeune âge. Jeune adulte, elle a travaillé dur avec son père en Indonésie et a continué à un rythme effréné durant vingt ans entre Tahiti, Bali et Nouméa.

Tout s’est finalement arrêté au décès brutal de son père. Avec cette disparition, sont venues la douleur, une remise en question et puis… l’envie irrésistible de peindre. Et finalement aussi le courage de tout redémarrer à zéro à 38 ans, se lancer dans une licence en arts plastiques et des cours à l’école des beaux-arts.

En métropole, Sandrina Fouache se révèle, découvre son talent, travaille d’arrache-pied et les efforts finissent par payer : sa première exposition en 2008 à Nouméa est un succès.

Désormais artiste peintre à plein temps, elle expose à Paris au Marais, à Nouméa dans sa propre galerie « Le Bougainville » et à Arte Bello où elle présente chaque mois d’août une nouvelle exposition.

S’écouter 

Après le Lagon est tombé amoureux ou encore une exposition sur le thème des légendes, Sandrina Fouache se renouvelle chaque année tout en affinant son style.

Avec Chuchotements d’amour, on est tout à tour parfumé au monoï, entouré du bonheur que procure un parfum, épris d’une « vague endormie », heureux dans « un coin de ciel bleu », avide de voir « un monde heureux », ou encore protégé par un « oiseau porte-bonheur ».

Il y a cette fois une prédominance de bleus forts, de verts francs, avec de beaux roses vifs également. Mais on revient indéniablement à un esprit positif. « L’idée générale, explique Sandrina Fouache, est que la vie est certes pleine de défis : des rêves se cassent, on est stressé, on est attentiste. Mais ce que j’ai appris c’est qu’elle est aussi remplie d’amour et de bienveillance. C’est pour cela qu’il faut apprendre à faire confiance à la vie. Elle apporte ce dont nous avons besoin au moment voulu, par un mot, une rencontre. Il faut essayer de lâcher prise, de prendre du recul, de se recentrer sur ce qui nous rend heureux, d’écouter ses intuitions et ses émotions. »

Ainsi vont la vie et les expériences dans le monde de Sandrina Fouache, une des artistes peintres de Nouvelle-Calédonie qui s’exportent particulièrement bien. Elle prévoit d’ailleurs prochainement d’exposer pour la première fois à Tahiti. Et qui sait, peut-être même d’écrire un livre…  

 

L’artiste Sandrina Fouache

17 RDV Portrait Sandrina FOUACHE

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market