Des projets pour encourager l’écomobilité

L’Agence calédonienne de l’énergie a présenté, vendredi 18 octobre, les lauréats d’un appel à manifestation d’intérêt. Vingt-cinq projets recevront un soutien financier de l’agence pour une enveloppe globale de 100 millions de francs. Il s’agit de la deuxième « opération d’envergure » portée par l’ACE.

Le transport représente près de 12 % des émissions de gaz à effet de serre et un peu moins de 23 % de la consommation énergétique de Nouvelle-Calédonie. C’est nettement moins que le secteur des mines et de la métallurgie qui, à lui seul, émet près de 70 % des gaz à effet de serre produitspar l’ensemble des activités sur le territoire. C’est pourtant bien le transport qui fait l’objet de toutes les attentions de l’Agence calédonienne de l’énergie. On regrettera des soutiens nettement moindres dans le secteur du nickel. L’agence a cofinancé un programme très prometteur de carbonatation à hauteur d’à peine 50 millions de francs sur trois ans. Le projet vise à transformer les scories et le carbone émis par les centrales thermiques en matériaux potentiellement utilisables dans la construction.

Comme l’a souligné Nina Julié, la présidente de l’ACE, la première « opération d’envergure » de l’agence a été le lancement de l’aide à l’acquisition de vélos électriques. Le budget est relativement important, 150 millions de francs sur trois ans, mais cette opération manque singulièrement d’ambition si l’on considère l’économie d’émissionsde gaz à effet de serre. Au total, il est question d’aider à l’acquisition de 3 000 vélos. Anoter que le dispositif est nettement plus généreux que le dispositif métropolitain dont il s’inspire puisque la prime ne pouvait dépasser 20 % du prix du vélo électrique. Il faut dire que les prix des bicyclettes à assistance électrique sont très nettement supérieurs sur le territoire.

Un premier appel qui sera reconduit sur les deux prochaines années

Après cette première opération, l’Agence calédonienne de l’énergie a souhaité lancer un grand appel à manifestation d’intérêt, toujours sur cette question d’écomobilité. Plus de 52 projets ont été déposés, représentant un budget global de près de 750 millions de francs. Cet appel a permis de retenir près de 25 projets pour une enveloppe globale de 100 millions de francs, cofinancée par l’Ademe, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. L’appel sera normalement reconduit sur les deux prochaines années.

Il s’agit bien de mobilité et pas nécessairement de transport. En matière de transport, l’Agence calédonienne met en avant la mise en place du projet Néobus. Sur le développement du transporten commun, les améliorations ne manquent pas autant que les réflexions à mener, en particulier sur le coût du transport. Atitre de comparaison, la Polynésie française vient de décider d’une refonte complète du transport sur l’île de Tahiti. Si ce sont des bus au gasoil comme les nôtres qui ont été retenus, il a tout de même été décidé d’intégrer une vingtaine de bus électriques. Une attention particulière sera accordée à la tarification afin de rendre le transporten commun plus attractif.

Les lauréats

Nakupa Mouv (6 MF)

Cette société projette de lancer un service de vélotaxisaussi bien pour le transport de passagers que de marchandises. Il s’agit de triporteurs à assistance électrique qui deviendraient les premiers vélotaxis de Nouvelle-Calédonie.

Mairie de Dumbéa (5,52 MF)

Deux projets de la mairie de Dumbéa ont été retenus. Le premier consiste à réaliser un schéma de mobilité et d’étude des liaisons cycles et le second est une assistance à maîtrise d’ouvrage pour la mise en œuvre des projets dans le cadre du schéma.

Pick me NC (3,97 MF)

L’idée de cette entreprise est de développer un service à mi-chemin entre le transport en commun et le taxi avec chauffeur. La société vise la commercialisation d’abonnements au covoiturageavec chauffeur. Elle devrait s’adresser aux particuliers, mais aussi aux collectivités et entreprises. Dans un second temps, les promoteurs du projet réfléchissent au développement d’une application de type Uber.

CCI (11,9 MF)

Le soutien de l’Agence de l’énergie à la CCI concerne essentiellement des projets déjà en cours autour du plan de déplacement inter-entreprises sur la plate-forme aéroportuairede la Tontouta. Les fonds serviront notamment à financer la création d’un schéma autour des modes doux et l’acquisition de vélos à assistance électrique. Une autre partie sera affectée à l’instauration de navettes mutualisées et une dernière partie servira à la coordination du plan de déplacement.

SMTU (15,9 MF)

Le Syndicatmixte des transports urbainsa plusieurs projetset notamment une étude sur le transport scolaire. L’idée serait de revoir l’organisation et de mutualiser les moyens du futur réseau de transport en commun Tanéo. Toujours autour de Tanéo, des fonds seront consacrés à Tanéo’bike qui vise à offrir aux usagers du réseau des locaux sécurisés pour garer leurs vélos. Les études sur la mise en œuvre d’un plan de déplacement autour du futur centre-ville de Dumbéa ontégalement été retenues.

Province Sud (16,25 MF)

La province Sud a vu quelques-unsde ses projets retenus dans le cadre de la mise en œuvre de son plan de déplacement de l’administration. Les fonds serviront à la promotion des modes doux, l’optimisation de la flotte automobile, au développement d’aires de covoiturage à l’échelle du Grand Nouméa ou encore à la création de deux sites relais.

Le Service de l’aménagement et de la planification (11,2 MF)

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce service du gouvernement bénéficiera de fonds de l’Agence calédonienne de l’énergie pour créer un Observatoiredes déplacements en Nouvelle-Calédonie. Il n’existe actuellement quasiment aucune donnée en matière de transport, ce qui est un handicap pour construire des stratégies de développement du transport. Cela n’a pas empêché pour autant le gouvernement de mettre en œuvre un schéma depuis plusieurs années. Le financement de l’agence permettra à l’observatoire de fonctionner pour deux ans.

Komatsu (4,4 MF)

L’entreprise recevra le soutien de l’ACE dans le cadre d’un projet de plan de déplacement au sein de l’entreprise. Une démarche volontariste qui vise notamment à optimiser la flotte de véhiculesde l’entreprise, mais aussi à prendre en compte les déplacements domicile-travail avec, pourquoi pas, le développement du télétravail.

Sic (5,5 MF)

Avec cette subvention, la Sicva développer des outils et réaliser des études pour adapter le cahier des charges des résidences afin de favoriser l’accès à l’emploi et aux services des résidents.

Direction des achats, du patrimoine et des moyens (5,27 MF)

Le projet de la direction est de développer un plan de maîtrise de l’énergie sur le site de la Vallée-du-Tir où se concentrent des administrations telles que la Dimenc, la DAPM et la DITTT. Le plan devrait notamment passer par des formations à l’éco-conduite pour les personnes livrant le courrier ou encore par l’acquisition d’un nouveau logiciel permettant de fluidifier le parc automobile.

Kenu One Project (1,05 MF)

Ce projet collectif s’inscrit dans le renouveau des grandes pirogues de voyage. L’idée est de mettre à flot une grande embarcationde ce type pour du transportde passagerset de matériel. Le projet intègre plusieurs volets et notamment pédagogique, environnemental, touristique et économique ainsi que culturel.

OPT (3,77 MF)

Le financement permettra de mettre en œuvre  la solution d’autopartage Yugo. Cette phase test permettra de voir si cette solution est efficace et comment elle pourrait être étendue à l’ensemble du parc de 400 voitures que compte l’OPT.

Province Nord (5,95 MF)

Cette aide vise à poursuivre le schéma mode doux engagé par la province en 2017 sur la zone VKP. L’idée de cette nouvelle phase est d’insister sur la communication et la sensibilisation.

Lycée Jules-Garnier (715 158 F)

Dans la logique de l’essor des vélos à assistance électrique, le lycée entend créer un atelier d’étude et de réparation. L’autre volet du projet est de mettre à disposition une infrastructure permettant de garer les vélos en sécuritéet de les recharger.

Université de la Nouvelle-Calédonie (1,5 MF)

L’Université recevra une aide afin de mettre en place une station de 20 vélos en libre-service aux étudiants hébergés à la résidence universitaire. L’idée est également de pouvoir utiliser les VAE achetés par l’Université et en train de rouiller dans un conteneur.

M.D.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market