Vaccination : « Nous sommes encore loin des objectifs »

C’est un des deux objectifs du confinement, accélérer la campagne de vaccination sur l’ensemble du territoire. Lors du point presse quotidien, Isabelle Champmoreau, la vice- présidente du gouvernement, est revenue sur les mesures envisagées.

Mardi a été un record : 2 556 doses ont été injectées à l’échelle du territoire. Les centres ont été pris d’assaut, notamment le centre médico-social de Montravel, à Nouméa, où cinq fois plus de personnes que d’habitude se sont fait vacciner, soit plus de 1 000. Au Médipôle, ce sont 500 doses qui sont parties, soit le double d’une journée habituelle. Et la tendance s’est poursuivie ce mercredi à Ko We Kara, le nouveau vaccinodrome de la province Sud, qui vient remplacer celui de Montravel, dont la capacité s’élève à 2 000 vaccinations par jour. « 27 % de la population en âge d’être vaccinée a reçu deux doses, a précisé Isabelle Champmoreau. Nous sommes encore loin des objectifs, mais cela va dans le bon sens. »

Les capacités augmentées dans les trois provinces

La province Sud s’organise pour proposer la vaccination dans les CMS de Thio, Païta, La Foa, Bourail, Yaté et l’île des Pins du lundi au vendredi de 8 h à 11 h3 0 et de 13 h 30 à 16 heures. Le centre de la Cafat, au Receiving, a également doublé sa capacité et élargit ses horaires. Le salon de l’hôtel de ville de Nouméa va également accueillir un centre à partir du samedi 11 septembre et pour deux semaines, avec des nocturnes le mardi jusqu’à 20 heures. Sans compter le vaccinotour à Boulari, au Mont- Dore, le vendredi 10 septembre, dans la salle omnisports. « Aux Îles, la campagne se poursuit sur Lifou avec de nouvelles dates prévues pour doubler l’offre quotidienne et le dispensaire de Wé va étendre ses horaires pour vacciner le week-end », développe la vice-présidente du gouvernement. Dans le Nord, les centres médico-sociaux vont s’organiser de telle façon à se concentrer sur la vaccination sans rendez- vous et des navettes seront mises en place afin de faciliter le déplacement des personnes isolées. Dans un communiqué envoyé ce mercredi dans l’après-midi, le président de la province Nord, Paul Néaoutyine, incite à la vaccination. « À ce stade, nous n’avons pas d’autres moyens pour lutter efficacement contre la Covid-19. J’appelle donc nos concitoyens à se faire vacciner. »

Une troisième dose ?

Thierry de Greslan, président de la commission médicale d’établissement du CHT, a annoncé lors du point presse du gouvernement ce mercredi qu’une troisième dose était en cours pour le personnel de santé. « Un rappel est nécessaire au-delà de six à huit mois après la deuxième injection de Pfizer. On a commencé à vacciner en troisième injection certains employés de l’hôpital, notamment ceux qui reçoivent les patients Covid. On va le proposer sur la base du volontariat au personnel de santé. » C’est le vaccin Moderna qui est utilisé pour la troisième dose. La Dass devrait la proposer aux Ehpad et aux personnes âgées afin de s’assurer une bonne protection.

 


Protocole allégé pour la vaccination des mineurs

Pour se faire vacciner, les jeunes âgés de 16 à 18 ans n’ont plus besoin d’autorisation parentale et la présence d’un parent n’est pas obligatoire, seulement conseillée. Les 12-15 ans n’ont besoin que de l’accord d’un seul parent et un parent sur place également le jour J.

Et l’ivermectine ?

La question a été posée. Qu’en est-il de l’ivermectine et de la chloroquine, deux médicaments mis en avant par les personnes opposées à la vaccination obligatoire et qui souhaitent d’autres solutions de prise en charge ? Thierry de Greslan a été très clair. « Les études montrent que l’ivermectine ne fonctionne pas, tout le monde le dit. Il faut savoir que quand un médecin en propose, il est à la limite de la déontologie. Après, prendre des vitamines, maigrir, avoir une bonne hygiène de vie et changer ses habitudes, c’est très bien, mais on ne va pas avoir le temps de faire maigrir toute une population. Et cela n’empêche pas que la chloroquine et l’ivermectine ne fonctionnent pas. »

 


 

 

 

Forte affluence à Téné

Beaucoup de monde à Téné, mercredi, pour le vaccinodrome organisé toute la journée.
Un millier de personnes devaient être vaccinées. Une vaccination quotidienne est instaurée
à compter de ce jeudi au dispensaire de Bourail.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des drives pour les tests PCR

Un service de test en « drive » a été installé à l’ancien hôpital Gaston-Bourret. Il était saturé au premier jour.
Le parking a donc été momentanément fermé par la police et la longue file d’attente s’est installée sur le parking.
Un autre centre rapide de dépistage va être installé à Rivière-Salée dès lundi. Les points de tests vont être démultipliés
et il sera prochainement possible de se faire dépister chez les généralistes. Face au succès rencontré par le drive,
les médecins conseillent aux personnes de ne venir se faire dépister si elles ont des symptômes comme de la fièvre
ou de la toux au risque de présenter des faux négatifs. Les capacités de tests qui sont également limitées doivent être réservées
uniquement aux symptomatiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernier jour à Montravel

Le CMS de Montravel a été pris d’assaut mardi, après l’annonce de la circulation du virus sur le territoire.
En une journée, le centre a accueilli cinq fois plus de personnes que d’habitude avant de fermer au public.
Ko We Kara a pris le relais dès le mercredi.

Web Design BangladeshBangladesh Online Market