Une bulle touristique avec le Vanuatu ?

La Nouvelle-Calédonie est l’un des derniers territoires au monde à ne pas être directement touchés par le Covid-19. Une exception qui a un coût difficilement supportable à long terme pour les collectivités. Par ailleurs, les Calédoniens attendent avec impatience de pouvoir sortir à nouveau du territoire. Le Premier ministre du Vanuatu, Bob Loughman, a annoncé, le 20 février, qu’une bulle entre les deux archipels serait mise en œuvre à compter du mois d’avril. Il a indiqué que la Nouvelle- Calédonie avait été choisie en raison de l’absence de Covid et sa capacité à maîtriser les risques d’introduction avec le dispositif de quatorzaine, sans parler des liens qui existent entre les deux territoires. Toujours selon Bob Loughman, la bulle serait restreinte à Port-Vila dans un premier temps, avant d’être ouverte aux autres îles.

Le gouvernement du Vanuatu appelle l’ensemble des acteurs économiques à faire partie de la bulle de voyage « Tamtam », notamment afin de bénéficier des formations proposées en matière de sécurité sanitaire. Cette annonce est le  fruit du groupe de travail mis en place en juillet 2020, qui avait pour mission de plancher sur une bulle de voyage avec les pays présentant peu, voire pas de risque Covid.

Des discussions sont en cours depuis maintenant plusieurs mois, de la même façon que des contacts ont été pris avec les responsables politiques fidjiens. Reste que rien n’est encore acté et la prise de position du Premier ministre vanuatais sonne plutôt comme un encouragement adressé au gouvernement calédonien à accélérer le travail. Pour le Vanuatu et son économie, l’arrêt des activités est un sérieux coup dur, à un moment où l’archipel commençait à mettre en œuvre un plan de développement touristique de grande envergure, l’une de ses principales ressources. Il prévoyait notamment, un développement particulièrement ambitieux pour Air Vanuatu, ce qui  pourrait expliquer l’empressement du gouvernement à voir voler à nouveau les avions de la compagnie nationale.

Au travers d’un communiqué, le gouvernement calédonien a fait savoir qu’il allait solliciter la Communauté du Pacifique (CPS) pour « une mission d’appui ». L’idée est d’évaluer la faisabilité de deux bulles, l’une avec le Vanuatu et l’autre avec Fidji. La mission de la CPS sera assistée par la Direction des affaires sanitaires et sociales ainsi que le service de la Coopération régionale afin de définir les conditions dans lesquelles ces bulles pourraient être déployées. Une démarche adoptée à l’unanimité lors de la réunion de collégialité du gouvernement, le 16 février.

M.D.

©shutterstock (Erakor, Efate) 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market