Un vent porteur ?

La première édition du Festival Caledonia a rassemblé les communautés au centre Tjibaou, samedi. Un rendez-vous culturel où ont afflué pas moins de 10 000 Calédoniens, sans beaucoup de publicité.

Le gouvernement souhaite pérenniser l’événement. Certains s’interrogent néanmoins de le voir se tenir le 24 septembre, « jour
de deuil » pour les Mélanésiens, devenu Fête de la citoyenneté. Ils craignent un oubli de l’histoire. Mais, peut-être, est-ce aussi une façon d’avancer.

Plusieurs élus, en tout cas, ont salué l’événement organisé par le gouvernement. Thierry Santa, président du Rassemblement et membre de l’exécutif, a notamment évoqué une « initiative heureuse », à l’aube de négociations d’avenir. Ces discussions qui devraient d’ailleurs servir à « rendre la Nouvelle-Calédonie plus belle, plus unie, plus heureuse dans son identité calédonienne en construction ».

Les membres de ce parti sont décidément tous très philosophes ces derniers temps… L’Éveil océanien, pas au mieux politiquement, en raison d’un  positionnement qui agace, a, pour sa part, espéré qu’à l’image de ce festival, « nos esprits se tournent vers un meilleur lendemain ».

C’est assurément ce que veulent une majorité de Calédoniens. On peut alors souhaiter que tous ceux qui font de la discorde leur fonds de commerce, en particulier en politique, et dans tous les bords, puissent se laisser porter par cette brise positive…

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market