Un scandale évitable

Nouveau scandale dans les hautes sphères nationales. Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris, a démissionné après la fuite sur les réseaux sociaux d’une vidéo à caractère sexuel. Difficile pour lui, en effet, de continuer à faire campagne dans un tel marasme.

On observe que cette affaire a fait se lever d’une seule voix toute la classe politique contre une méthode de dénigrement jugée « ignoble », « dégueulasse ». Sans jamais interroger le comportement de l’intéressé, ils ont fait part de leur inquiétude pour l’avenir, dans un monde où tous les coups sont permis, ils ont évoqué une « menace grave contre notre démocratie ».

Rien, en effet, ne justifie la diffusion de telles images. L’intimité devrait idéalement rester dans la sphère privée lorsque le cadre est librement consenti et, en l’occurrence, que les faits n’ont finalement aucun rapport avec la capacité professionnelle à occuper une fonction précise. (Benjamin Griveaux avait tout de même lourdement insisté dans sa campagne sur les valeurs familiales…)

Mais cette affaire appelle plusieurs réflexions. L’intrusion de l’intime, en politique, a toujours existé. Et les scandales sexuels, encore plus que les autres, fascinent. On se souvient de Bill Clinton, Anthony Weiner, Strauss- Kahn ou encore Georges Tron… Il y a tellement de précédents ! Les politiques demeurent des cibles privilégiées et ne peuvent ignorer en 2020, à l’ère des smartphones, des réseaux sociaux, de la haine grandissante envers le pouvoir, qu’ils sont encore plus exposés et n’ont d’autre choix que d’être irréprochables. Il est donc incroyable d’en arriver là.

Et tandis qu’ils hurlent au scandale et appellent à plus de sévérité pour les atteintes à l’intimité sur internet, il serait surtout cohérent qu’ils aient une pensée pour les milliers d’anonymes, en particulier les plus jeunes qui sont victimes de ce genre d’attaques quotidiennement et dont les affaires ne se règlent sûrement pas aussi simplement….

Les réseaux sociaux peuvent réduire notre vie privée à néant et les plus vulnérables ne sont pas forcément ceux qui parlent le plus fort.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market