Transparence

Les autorités sanitaires ont livré, mercredi, les données de pharmacovigilance relatives au vaccin Pfizer en Nouvelle-Calédonie. Sur plus de 327 000 doses administrées, 174 personnes ont rapporté 287 effets indésirables. Le vaccin est suspecté dans 22 cas graves. Cinq décès, dont les scores d’imputabilité (probabilité que le médicament soit la cause de l’effet déclaré) ont une note de 1 sur 6 pour trois d’entre eux, 2 sur 6 pour le quatrième et le cinquième est toujours en cours d’évaluation. « Cela signifie qu’il est plus probable que ces décès soient le résultat d’une autre cause que l’administration du vaccin », a déclaré Séverine Page, pharmacienne de santé publique à la Dass. Il y a eu également cinq mises en jeu du pronostic vital et 14 hospitalisations. En face, le territoire recense, on le rappelle, 1 650 hospitalisations et au moins 263 décès liés au Covid.

Ces données sont donc, comme au niveau mondial, rassurantes, les bénéfices de la vaccination dépassant largement les risques. « La vaccination est un acte du quotidien. Par contre, la gestion de la maladie est traumatisante pour le personnel de santé et les patients indiquent qu’ils choisiraient la vaccination plutôt que ce qu’ils ont vécu », a déclaré Séverine Page.

On peut se réjouir que les autorités aient fait œuvre de transparence : ces données étaient réclamées depuis plusieurs mois par les Calédoniens. En revanche, on peut regretter qu’elles arrivent tardivement, ces façons de faire ayant tendance à alimenter la circulation de fausses informations et la défiance. C’est pourquoi il devrait en être de même pour toutes les données liées à cette épidémie.

 

C.M.

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market