TEDx : des idées pour le futur

La quatrième édition des conférences TEDx s’est déroulée samedi, au centre culturel Tjibaou, dans un format exceptionnel : 15 speakers ont pu s’exprimer au cours de deux sessions. Nous avons assisté à la seconde…

Plébiscitées dans de nombreux pays, les conférences TEDx ont retrouvé le chemin de la Nouvelle-Calédonie et, plus précisément, de la salle Sisia, parfaitement adaptée à cet exercice. Le principe ne change pas : les speakers, coachés à la prise de parole, à l’utilisation du corps et de l’espace exposent, en une grosse dizaine de minutes, des idées, des connaissances méritant d’être diffusées « pour changer le monde ». Les conférences sont filmées, pour une plus large diffusion. Comme le veut ce concept, l’identité des orateurs et les sujets sont restés confidentiels de façon à laisser le public vivre l’instant, se laisser porter et surprendre…

Tous acteurs d’un monde meilleur

Le TEDx nous invitait, cette année, à « explorer les futurs » autour de divers sujets. La seconde partie donnant néanmoins la part belle à l’écologie. Zoé Thivet, jeune informaticienne et passionnée par les plantes, nous a ainsi alertés sur notre « cécité botanique », cette méconnaissance grandissante des plantes qui nous entourent. Le déclin de l’enseignement de la botanique engendre, dit-elle, des comportements à risques, notamment l’introduction des espèces envahissantes. Selon la conférencière, la société aurait tout intérêt à rendre ce sujet familier et pense que nous avons tous, à notre échelle, une « responsabilité joyeuse » de s’y intéresser davantage, à faire de nos jardins ou balcons des lieux bien pensés voire de protection pour les espèces menacées.

Erik Goujon, de L’Atelier des alchimistes, Calédonien de la côte Est, est venu parler de sa passion des produits d’exception et, en particulier, du café, machine de torréfaction à l’appui. Il s’attelle à redonner vie aux anciennes caféries et milite pour une culture sous ombrage, naturelle, régénératrice pour une meilleure qualité de produits et une meilleure rémunération des producteurs. Un modèle économique et une filière d’avenir. Léo Lebon est venu nous parler de son cheminement d’ado pour devenir flexitarien et végétarien, de la résistance à laquelle il a été confronté dans son entourage et, de manière générale, de la place des jeunes dans le changement climatique.

Plus largement, le bien-être, le bien vivre étaient des thématiques prépondérantes. Philippe Gadet, un ancien pilote de chasse ayant perdu sa femme, a expliqué comment ce métier impliquait chaque jour la gestion du risque et des évènements stressants et comment nous pouvions de la même manière, dans notre vie personnelle, préparer notre propre résilience. La base du bonheur résidant, selon lui, sur une structuration de notre quotidien, des « piliers » de notre vie et, en particulier, notre connexion aux autres.

Jean-Marc Billaud, né avec un bec-de-lièvre, une malformation congénitale du palais et de la lèvre touchant un nouveau-né sur 700, a, lui aussi, exposé son parcours inspirant. D’une enfance compliquée, cet homme est arrivé à s’épanouir et à exceller dans ses loisirs, son métier jusqu’à s’exprimer, samedi soir, dans « le temple de l’oralité ».  Sophie Borneck, artiste peintre, a, de son côté, partagé son obsession pour les mitochondries et son statut de « mitochondriaque », nous invitant ainsi à vivre nos passions à fond, quelles qu’elles soient ! Enfin, Emmanuel Tjibaou, le directeur du centre culturel, s’est aussi soumis à l’exercice. Il a apporté une réflexion sur ce que la culture, la pensée kanak peut apporter au monde. Et insisté sur l’im- portance de la parole dont l’absence peut être dangereuse, mais qui nécessite souvent un dépassement de soi…

Des conférences de grande qualité nous ont été présentées cette année. Les vidéos seront disponibles, début septembre, sur YouTube TEDxTalks. On leur souhaite une aussi large diffusion que les précédentes. Warren Naxue, participant à l’édition 2016 et aujourd’hui élu à la mairie de Nouméa, a loué l’apport de cette expérience sur la visibilité de son message, mais également en termes de rigueur intellectuelle et de construction de la pensée. En charge de la jeunesse, il prépare un projet sur l’éloquence plaçant, lui aussi, la parole, la confiance en soi, l’échange entre tous, en haut de l’échelle d’un futur serein.

C.M. ©TEDxNouméa

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market