Tant de haine

Il nous a paru un peu surprenant, cette semaine, de voir les dirigeants de ce monde ébranlés par une gamine de 16 ans.
Greta Thunberg, éco-militante suédoise, icone de la jeunesse en lutte pour le climat, à l’origine des « Fridays for Future », que l’on trouve jusqu’en Calédonie, fait depuis plusieurs mois, on le sait, l’objet de railleries. On critique son âge, sa façon de parler, son syndrome d’Asperger, sa prétendue manipulation…

En France, au mois de juillet, des députés sont allés jusqu’à boycotter la venue à l’Assemblée nationale de « ce gourou apocalyptique », cette « prophétesse en culottes courtes ». On répétait déjà à l’envi, qu’à part des reproches, elle n’apportait pas grand-chose et pour les plus timides, que sa place était à l’école. Et on ne parle, ici, que des Français… Aux États-Unis, Greta Thunberg est une cible de premier choix dans les médias proches du pouvoir. Et cela ne risque pas de s’arranger.

L’agacement des dirigeants a grimpé en flèche en début de semaine, après le sermon, à l’Onu, de cette adolescente décidément jugée trop méchante. Emmanuel Macron, qui l’avait reçue en grande pompe à l’Élysée, n’a, pour sa part, pas du tout apprécié qu’elle porte plainte contre la France pour son inaction. Piqué au vif, il a jugé ses positions trop « radicales ». Branle-bas de combat et volte-face au gouvernement : Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a trouvé « fort de café que la France soit attaquée », Jean-Michel Blanquer, à l’Éducation, craint qu’on crée « une génération de déprimés ».

Mais partout, on s’interroge aussi : pourquoi donc cette jeune fille, qui n’est, certes, pas la plus drôle, mais qui n’a pas non plus le doigt sur le bouton de la bombe atomique, génère-t-elle un tel torrent de critiques ? Pourquoi en sommes-nous désormais réduits à être pro ou anti Greta ?Peut-être parce qu’elle est jeune, parce qu’elle est une fille, intelligente qui plus est, parce qu’elle porte le message dérangeant de la science, parce qu’elle est culpabilisante et qu’elle incarne, au fond, le futur et les changements qui seront opérés par sa génération. Et puis de manière plus terre à terre, il est sûrement plus facile de la critiquer que de se confronter aux vraies difficultés.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market