Responsabilité

La Nouvelle-Calédonie a participé, mercredi, à l’hommage national décrété par Emmanuel Macron suite à l’assassinat du professeur Samuel Paty par un fanatique islamiste. « Parce que la solidarité nationale doit s’exprimer dans les deux sens », a souligné le président du gouvernement, Thierry Santa.

Au-delà de cet acte ignoble et même à des milliers de kilomètres, le fond de cette affaire devrait raisonner en chacun d’entre nous. Car c’est la liberté d’expression qui est une nouvelle fois attaquée, valeur fondamentale et précieuse de la République, le droit à la caricature, qui en fait partie, mais aussi le sanctuaire que doit représenter l’école, où l’on apprend justement à développer le sens critique. Cette école qui est régulièrement mise à mal localement.

La problématique des réseaux sociaux dans cette affaire – Samuel Paty y a été jeté en pâture – peut aussi raisonner en Nouvelle- Calédonie. Chaque jour, on observe un déversement de haine, d’attaques racistes, de dénonciations ou d’incriminations. La responsabilité est collective et chacun doit s’interroger sur le sens et les conséquences de ses actes. « Comment autant de messages de haine peuvent encore y circuler ? », demande Thierry Santa qui s’est dit favorable à ce qu’une loi empêche cette prolifération d’agressivité. Car la liberté d’expression s’arrête justement à l’incitation à la haine, la discrimination, la violence, la diffamation, etc. Et lorsqu’il y a un doute, il existe toujours, dans notre système, la voie de la justice…

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market