Rentrée en province Sud : trois axes prioritaires

Plus de 19 300 élèves ont pris le chemin de l’école maternelle ou du primaire. L’occasion pour la province Sud, compétente en matière d’enseignement primaire public et en charge de la construction et de l’entretien des collèges publics, de revenir sur les axes prioritaires de sa politique éducative pour cette année.

Le 15 février, 19 343 élèves du premier degré précisément ont fait leur rentrée contre 19 800 l’année dernière. Une baisse qui a, sur Nouméa, conduit la commune à fermer les écoles Émilie-Panné et Louis-Vergès. La province Sud a redéployé les enseignants concernés.

Avec un budget qui s’élève à quatre milliards de francs (masse salariale non comprise), l’éducation est un secteur prioritaire. « C’est le premier budget de la province parce que nous sommes convaincus que pour construire un territoire, nous devons miser sur l’éducation en mettant un maximum de moyens. Nous avons de la chance d’avoir des équipes pédagogiques motivées et investies dans leurs missions », a souligné Gil Brial, en charge de l’enseignement à la province Sud, avant de préciser que, cette année, les trois axes prioritaires de la politique éducative provinciale sont la transformation numérique, la sécurisation des établissements et la transition énergétique.

Accompagner la transformation

La province a donc décidé d’accentuer l’accompagnement de la transformation numérique des établissements en généralisant l’espace numérique de travail (ENT ) dans toutes ses écoles primaires. Actuellement, 42 % des classes sont équipées de cet outil pédagogique. « Nous l’avons vu pendant le confinement lié à la Covid : l’outil numérique a démontré son utilité pour maintenir la continuité pédagogique et les liens avec les familles et leur école », précise Gil Brial. L’investissement provincial, avec les communes, pour le secteur numérique s’élèvera à 200 millions de francs pour les écoles primaires publiques.

La province Sud a également décidé de mettre en place le cartable numérique pour les élèves de 5e. Un projet qui inclut un bouquet de services avec un ENT (accès à Pronote, applications pédagogiques et éducatives) et des manuels scolaires pour les collégiens en classe de 5e. Dès la rentrée, les collèges de Bourail, Normandie, Yaté, Tuband et Auteuil vont en être dotés et trois autres collèges en bénéficieront au cours de l’année. « Cet outil va soulager nos enfants qui, auparavant, devaient porter des sacs très lourds sur le dos », précise Gil Brial.

©province Sud 

Sécuriser les écoles, collèges et internats

Le deuxième axe mis en avant cette année sera de poursuivre la sécurisation des établissements dont elle à la charge. Pour l’élu de la province Sud, « les collèges ont subi beaucoup de dégradations dans les années précédentes. On a mis en place des moyens pour améliorer la sécurité active avec notamment la vidéosurveillance, mais aussi la sécurité passive avec des clôtures renforcées pour limiter les intrusions ». Un système de gestion de la sûreté et de la sécurité est aujourd’hui opérationnel sur tous les sites provinciaux et permet, en cas d’événement grave, d’assurer la prise en charge tant des enfants que du personnel. Il est à noter que les collèges ont subi 14 actes de dégradations, vandalisme et vols en 2020 qui ont coûté près de 2,4 millions de francs en travaux de réaménagement, sécurisation ou rachat de matériel.

Poursuivre la transition énergétique

Un axe important pour la province Sud qui, au-delà de ses locaux administratifs et techniques, a choisi d’équiper en panneaux photovoltaïques les collèges Jean-Mariotti et Kaméré, à Nouméa, ainsi que le collège de Yaté. Ils rejoindront les cinq collèges déjà équipés en panneaux photovoltaïques ou sur le point de l’être : Théodore-Kawa-Braïno à La Foa, Tuband et Portes-de-Fer à Nouméa, le collège de Plum, au Mont-Dore, et Apogoti à Dumbéa-sur-Mer. La province participe aussi auprès des communes pour améliorer le confort thermique et phonique dans les écoles pour un montant de 400 millions de francs. « C’est une forte volonté de la présidente de l’assemblée de la province Sud, Sonia Backes, d’améliorer le confort thermique des écoles sans pour autant augmenter notre impact sur l’environnement », souligne Gil Brial.

Les autres actions

La collectivité lancera d’autres actions comme le développement des écoles bilingues. En collaboration avec la Nouvelle-Calédonie, l’université et l’Institut de formation à l’administration publique, la septième école bilingue a ouvert ses portes à la rentrée à Dumbéa-sur-Mer. Une prochaine devrait voir le jour dans le courant de l’année.

Une autre action sera lancée avec la mise en place du label École océanienne. L’objectif étant de mettre en valeur la connaissance mutuelle des cultures présentes sur le territoire dans les écoles. Enfin, des initiatives pédagogiques innovantes seront également lancées portant à 30 le nombre d’écoles impliquées dans des démarches nouvelles. Ces projets sont, par exemple, l’aménagement des horaires entre l’apprentissage des fondamentaux le matin et les activités pluridisciplinaires l’après- midi (culturelles, scientifiques, sportives ou artistiques) ou encore la mise en place d’actions spécifiques sur la gestion des émotions.


En projet

©province Sud 

Deux projets verront le jour cette année et se concrétiseront en 2022. Il s’agit de l’ouverture du troisième internat provincial, à Dumbéa-sur-Mer, qui accueillera 40 élèves. Les travaux débuteront en octobre pour un montant de 25 millions de francs, financés avec le soutien de l’État dans le cadre d’un contrat de développement. Le deuxième projet consistera à la mise en place d’une nouvelle application numérique pour les demandes de bourses scolaires comme cela a été fait, cette année, pour les inscriptions scolaires.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market