Référendum : Les loyalistes contre la « discrimination éléctorale »

Alors que de nombreux Calédoniens profitent encore de leurs congés d’été, les élus s’accordent eux aussi quelques jours après l’exercice budgétaire du Congrès achevé le 14 janvier.
Enfin, pas totalement. Cette semaine, les élus des groupes Avenir en confiance, Éveil océanien et Générations NC sont montés au créneau sur la question de l’inscription automatique des natifs sur la liste électorale spéciale pour le deuxième référendum.

On sait qu’il avait été décidé, lors du dernier Comité des signataires en octobre, de ne garder que l’inscription d’office des personnes de statut coutumier et pas celles de droit commun.
Pour s’opposer à cette décision tranchée par le Premier ministre, le groupe UDI et nos députés ont déposé un projet de loi visant à inscrire également d’office les personnes de droit commun nées sur le territoire et présentes depuis trois années.

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a saisi le Congrès pour avis. Or, ni le président de l’institution locale, ni le haut-commissaire de la République n’ont pour l’instant utilisé leurs prérogatives pour convoquer une session extraordinaire.

En l’absence de réaction, les 22 élus des trois groupes cités – sur 54 – ont souhaité dire au président Ferrand qu’ils sont bien favorables à cette proposition de loi.
Ils continuent de souhaiter que les conditions du deuxième référendum soient les mêmes qu’au premier. Et jugent injuste qu’une telle discrimination soit faite entre les Calédoniens.

Le texte passera le 30 janvier à l’Assemblée nationale. Même s’il y a fort à parier qu’il est trop tard pour revenir sur cette décision, que la majorité l’emportera… Il serait tout de même étrange que nos élus calédoniens ne se soient pas prononcés sur le sujet !

Affaire à suivre…

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market