Ras les pâquerettes

Qu’est-ce qui a occupé toutes les conversations sur les réseaux sociaux et autres coups de
gueule ces derniers jours ? Comment résoudre la situation catastrophique de la médecine locale ? Le parcours d’une illustre poétesse calédonienne ? La portée géostratégique ou politique d’une mission aérienne dans la région ? Comment viser l’excellence des jeunes ? Que nenni !

La polémique, cette semaine, c’était l’avion scratché sur le bras du lieutenant Pidjot aux couleurs
« kanaky ». Les aviateurs français ont toujours le drapeau bleu blanc rouge sur leur uniforme, mais les missions sont souvent siglées autrement pour les différencier. Les militaires ultramarins, comme les sportifs, utilisent aussi parfois d’autres couleurs pour se démarquer.
En ce qui nous concerne n’avons- nous pas sur les bâtiments publics les deux drapeaux ? Rien de nouveau sous la pluie.
Quant à ceux qui y voient un signe politique du jeune homme en faveur de l’indépendance et s’en réjouissent … Qu’en savent-ils ?
Quel dommage de se focaliser sur un écusson – vendu dans les stands de l’armée – plutôt que sur le parcours brillant de ce jeune métis. Qui peut en dire autant ? Qu’est-ce qui est le plus important ? Arrêtons un peu ces combats stériles…
Et sachons nous réjouir.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market