Positionnements

Les responsables politiques ont enfin reçu le fameux document sur les implications du « oui » et du « non » à l’indépendance, qui doit servir à l’ultime consultation de l’Accord de Nouméa.
Le texte est, pour l’instant, confidentiel, mais servira de base de travail à Paris et en Nouvelle-Calédonie pour le prochain scrutin et l’avenir du territoire. Les électeurs pourront enfin voter en connaissance de cause et non sur des promesses plus ou moins réalistes.

On s’est ainsi rendu compte, au gré des récents sondages, qu’une partie importante des partisans du « oui » envisageaient l’indépendance, mais avec les prérogatives actuelles de l’État. On imagine mal qu’une rupture totale puisse se concrétiser de cette manière…

Les indépendantistes, qui demandaient en particulier ce document depuis des années, semblent penser qu’il ne fait que renforcer la position du « non ». Comme les récents sondages d’ailleurs. Le positionnement de la France interroge.

L’Union calédonienne, en particulier, demande toujours à connaître précisément « les intérêts de l’État à maintenir sa présence en Nouvelle- Calédonie ». Et affirme que c’est sa vision de l’indépendance qui compte au final, pas celle de l’État, et que la négociation interviendra après la fin de l’Accord.

L’Uni – et plus largement le FLNKS – rechigne à aller à Paris, preuve encore que les choses ne se passent pas comme souhaité. Une communication est attendue ce jeudi. Il sera intéressant, globalement, d’observer si cette production bouscule les positionnements politiques et si oui, de quelle manière. Et d’observer surtout si elle fera évoluer les tendances dans les urnes.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market