Nordine Benfodda, l’adjudant de la course à pied

Président de l’AC Païta, organisateur du Sunset Trail et du XTerra, entre autres, Nordine Benfodda a aussi été l’un des meilleurs coureurs du Caillou. Rencontre avec cet ancien militaire, devenu incontournable dans la discipline.

Il y a des moments où il faut savoir se remonter les manches. Et c’est ce genre de samedi qu’a vécu l’équipe de bénévoles de l’Athlétique club de Païta. Une grosse matinée la semaine dernière, après le passage de la dépression tropicale Lucas, pour remettre en état les pistes du Sunset Trail, qui doit se dérouler le 20 février. À la baguette, Nordine Benfodda, le président de l’AC Païta. Malgré la charge de travail, il savoure ces moments. « C’est de la cohésion, pose ce Catalan d’origine de bientôt 38 ans. Là, on s’est retrouvé à une quinzaine en haut des crêtes à pouvoir bien discuter autour d’un casse-croûte. On ne peut pas forcément le faire lors d’un entraînement en semaine. »

Président depuis 2012

Une ambiance de camaraderie qu’a toujours recherchée Nordine. Alors forcément, en 2012, lorsque le président sortant du club, Yves Arrighi, lui propose de prendre sa place, il n’hésite pas longtemps. « Je n’ai pas osé dire non », reconnaît-il dans un large sourire. Avant d’ajouter : « J’ai aussi rapidement mis en garde : j’avais besoin que d’autres s’impliquent ». Un message qui semble avoir été entendu, puisque l’AC Païta a conservé au moins trois événements par an, comme c’est le cas depuis la création du club en 1983. Et quels événements ! Car au fil de ses mandats, Nordine Benfodda a su faire évoluer ses propositions pour avoir les compétitions parmi les plus populaires de la saison (lire par ailleurs). « J’essaie de me mettre le plus possible à la place des coureurs pour qu’on puisse offrir quelque chose qui leur correspond. C’est pour ça qu’on organise des trails aujourd’hui. Parce qu’en fait, on avait de plus en plus de traileurs au sein du club. » Et si Nordine comprend les coureurs, c’est qu’il en est un aussi. Et il est plutôt bon dans son genre.

De l’armée au Caillou

Si c’est d’abord la boxe et le football qui l’attirent lorsqu’il est enfant à Perpignan et qu’il suit ses deux grands frères, c’est à l’école des sous-officiers d’Issoire, en Auvergne, qu’il commence le cross et la course à pied. Il a alors 17 ans. « C’est une discipline qui m’a tout de suite plu. D’une part, parce que j’étais une machine (rires), mais aussi parce qu’il y avait un bon groupe de copains et que ça me permettait de voir la France au fil des compétitions. » Voir du pays, c’est aussi une des raisons qui le poussent à servir dans l’Armée de terre, jusqu’à se retrouver sur des opérations au Kosovo ou au Moyen-Orient. C’est aussi pour ça qu’il accepte une affectation, en 2006, en Nouvelle-Calédonie. « Ça a tout changé, se souvient-il. J’ai eu la volonté de tourner la page de l’armée pour rester. J’étais encore assez jeune pour avoir une autre vie. »

Alors qu’il devient père en 2012, il trouve aussi un regain dans sa carrière sportive qui s’était jusque-là limitée à un « niveau interrégional ». Car dès la fin de l’année 2006, il prend une licence à… l’AC Païta. Il devient alors un des meilleurs coureurs de fond du territoire et en 2011, il représente le Caillou aux Jeux du Pacifique de Nouméa. Au stade Numa-Daly, il remporte deux fois l’or en 5 000 et 10 000 mètres. Il récidive aux Mini-Jeux de Wallis- et-Futuna en 2013 avec trois médailles d’or (5 000 m, 10 000 m et semi-marathon), puis aux Jeux de Papouasie en 2015 avec l’or (5 000 m) et l’argent (10 000 m). Aujourd’hui, il a levé le pied et se fait de plus en plus rare au départ des courses. Trop occupé à gérer les siennes, on le retrouvera, normalement, à la Gigawatt, une de ses courses fétiches qu’il a remportée trois fois.


L’AC Païta : un club, quatre courses

C’est la tradition. Chaque année, ce sont au moins trois courses qui sont organisées par le club de l’AC Païta. Une proposition qui est renouvelée assez souvent, en témoigne l’âge des deux plus anciens trails. Seulement trois éditions pour le XTerra, qui se déroulera le 15 mai prochain, et pour le Sunset Trail, dont la quatrième édition aura lieu le 20 février. Deux rendez-vous qui ont attiré plus de 800 personnes chacun en 2020. L’an dernier, une course hors stade a été créée par le club : l’Urban Trail. Un 10 kilomètres qui se déroule autour de la zone industrielle de Païta. Autre course sur route organisée par le club : la Néobus Race, une course sur le tracé du Néobus, qui aura lieu le 21 novembre.


Les grands rendez-vous de la saison

 14 février : Trail de la rentrée (Mont-Dore) 20 février : Sunset Trail (Païta)
13 mars : Axians Nouméa Trail
21 mars : Trail Ouenghi
28 mars : Plantatrail (Dumbéa)
3 avril : Trail des Cagous (Mont-Dore)
17 avril : Raid Ouégoa
1er mai : Coast to Coast
8 mai : Raid Hienghène
15 mai : XTerra (Païta)
22-23 mai : UTNC (Mont-Dore)
5 juin: Raid Koumac
12 juin : Trail SMSP
20 juin : DMBA Vertical Trail
17 juillet : Raid Ponérihouen
18 juillet : Trail Grandes Fougères (Farino) 25 juillet : Trail de l’espoir
1er août : Gigawatt (Yaté)
14 août : Raid Koné
22 août : Trail SSP
11 septembre : Trail SNSM
19 septembre : Trail Boulouparis
2 octobre : Raid Poindimié
16 octobre : Raid de l’île des Pins
23 octobre : Full Moon
Début décembre : Grand Tia (Pouembout)
A.B.
©DR

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market