Mardi 24 septembre : La Fête de la citoyenneté au centre Tjibaou

Le gouvernement ne désespère pas de faire du 24 septembre une date qui rassemble tous les Calédoniens. La population est invitée à venir en nombre au centre culturel, mardi prochain.

Voilà trente ans que la Nouvelle- Calédonie réfléchit à la façon de poser les bases d’une vraie citoyenneté calédonienne réunissant de manière plus fraternelle tous les peuples vivant sur le territoire. En 2004, à l’initiative de Déwé Gorodey, alors membre du gouvernement en charge de la culture et de la citoyenneté, il a été décidé de faire du 24 septembre, date de prise de possession, en 1853, de la Nouvelle-Calédonie par la France et journée de deuil pour une partie des Kanak, une Fête de la citoyenneté « rassemblant toutes les communautés du territoire autour du peuple premier ».

Malheureusement, les choses ne se sont pas toujours déroulées comme prévu. La célébration, au Mwâ Kââ, a souvent posé des problèmes politiques notamment en 2012 avec l’occupation à Moselle du collectif Une tribu dans la ville, puis la destruction de ses cases par la mairie. Il y a aussi eu le temps des décentralisations, voulues par Déwé Gorodey, à Pouébo, Houaïlou, Ouvéa… qui n’ont pas aidé à attirer les foules et à faire de ce rendez-vous un incontournable. Malgré cela, le nouveau membre de l’exécutif en charge du secteur, Didier Poidyaliwane, souhaite poursuivre cette itinérance…. mais quand le pays aura les moyens. En attendant, dit-il, cette fête se déroulera à Nouméa avec les moyens du bord. En l’occurrence, le centre culturel Tjibaou, accueillera les festivités pour la deuxième année consécutive, ce qui nous paraît être une bonne solution… le lieu étant chargé de symboles et ouvert à toutes les cultures.

 ©C.M.-DNC

Ateliers et réflexions

La journée sera consacrée à la démonstration des savoirs culturels lors d’ateliers par différentes associations communautaires du territoire. Kanak, Indonésiens et Arabes seront notamment représentés. On trouvera, ainsi, des ateliers de batik, le service de thé à l’orientale, etc. Sans oublier des stands de produits artisanaux.

Deux mini-forums citoyens sont par ailleurs prévus à 10 heures 30 et 14 heures. Le premier abordera les rites, rituels et coutumes participant à la construction de l’identité dans les différentes cultures et on verra aussi les pratiques communes permettant de nous retrouver. Le second forum portera sur la place et le rôle que chaque communauté joue et entend jouer dans la construction de la citoyenneté calédonienne.

Les établissements culturels publics seront également présents. La bibliothèque Bernheim valorisera la lecture ; l’Institut d’archéologie présentera une exposition photographique et des échantillons d’objets anciens ; l’Académie des langues kanak animera un atelier de gravure sur bambou. Chacun pourra graver son nom traduit dans une langue de son choix et repartir avec sa création. Chaque communauté sera aussi invitée à graver un mot dans sa langue natale afin de présenter en fin de journée un « bambou commun ».

Artistes

L’animation sera assurée par les associations communautaires participant à l’événement : Tiaré Pacifique, Hunöj, communauté chinoise, troupe New Way de Païta, Wakoko de Maré, troupe Faka Galo Gatoa.

Et on découvrira également les artistes sélectionnés dans le cadre du Festival des arts du pays. Les danses et chants (kaneka et chant choral) seront présentés dans l’espace Ape Vila. Les sculpteurs exposeront leurs œuvres en salle Kanaké. Ils représenteront la Nouvelle-Calédonie dans plusieurs disciplines à l’occasion du 13e Festival des arts et de la culture du Pacifique, organisé en 2020 à Hawaï. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’à jeudi !


Objectif Hawaï 2020

© Présidence de la Polynésie Française 

Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement en charge de la culture, a participé la semaine dernière au 29e Conseil des arts et de la culture du Pacifique (CACP), organisé à Honolulu sous l’égide de la Communauté du Pacifique. Il s’agissait notamment de préparer le Festival des arts et de la culture du Pacifique 2020 (Festival of Pacific Arts & Culture), plus grande célébration des peuples de la région, qui se déroule tous les quatre ans par un pays hôte. Après Guam, Hawaï recevra ses cousins du Pacifique du 10 au 21 juin 2020. Le rendez-vous est destiné aux cultures du Pacifique, avec des performances live, des ateliers, des démonstrations d’art traditionnel et contemporain. Il est aussi dédié aux problématiques que l’Océanie rencontre, actuellement le réchauffement climatique, et le rendez-vous devrait être particulièrement scruté cette année.

D’ailleurs, le thème retenu pour cette édition est «E kū i ka hoe uli » ou « Prenez la pagaie-gouvernail ».
Il évoque le voyage, les liens traditionnels par la mer entre les peuples du Pacifique, mais il provient surtout d’un chant prophétique qui met en garde contre des changements turbulents… Il s’agira donc aussi de réfléchir aux moyens d’affronter l’avenir notamment sur la montée du niveau de la mer, la mort  des récifs coralliens… Les jeunes leaders du Pacifique (Youth Leadership Program) devraient d’ailleurs participer à cet évènement. Les artistes, quant à eux, devront présenter leurs créations sur la base de ce thème.

Pour cette édition, chaque délégation sera limitée à 100 personnes, artistes et officiels compris. L’exécutif travaille sur les problématiques sécuritaires et bio sécuritaires qui se présentent dans cet État – strict – des États-Unis au niveau du bois, des végétaux, etc. 28 pays sont invités. Trois pirogues traditionnelles convergeront vers Honolulu.

C.M.

Centre Tjibaou : ©Marc Le Chélard AFP Archives

 

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market