Marcel Hnepeune, le « poteau central »

L’ASPTT a réalisé le doublé Coupe-championnat, comme en 2020. Sa réussite est le fruit d’un long travail de construction d’une équipe autour de son capitaine, loué par son entourage pour sa solidité technique et mentale.

À l’ASPTT, l’équipe est plus qu’une équipe. « Une famille », aiment à dire ceux qui en font partie. « C’est un groupe qui se construit depuis de nombreuses années. On se voit souvent en dehors, on a toujours plaisir à être ensemble. »

Matthieu Wassin, le gardien, y voit la raison principale de la réussite du club, qui a tout gagné au cours des deux dernières saisons. Et si cette cohésion existe, « c’est un peu grâce à Marcel », capitaine depuis 2017. « Il n’abandonne jamais. Il sait toujours remotiver l’équipe quand on traverse des moments difficiles », sur le terrain comme en dehors.

« Je me repose beaucoup sur Marcel. Pour moi c’est un bras droit. Pour l’équipe, c’est notre poteau central », confirme Michel Wassin, père de Matthieu et entraîneur de l’équipe.

À son arrivée, en 2015, la case de l’ASPTT était en pleine reconstruction. « Il fallait bâtir une nouvelle ossature avec de la rigueur et de la discipline, en gardant la philosophie collective du club. J’avais besoin d’un meneur. » Il connaissait les qualités de Marcel, lui qui avait été son premier entraîneur chez les poussins de l’AS Lössi. « C’est un garçon formidable, je savais que je pouvais lui faire confiance. C’est une chance d’avoir un bonhomme comme ça dans son équipe. »

Marcel est devenu capitaine à 24 ans, trois ans après son arrivée au club et sa découverte du futsal.

©OFC 

AVEC LUI, « PAS D’INQUIÉTUDE »

Habitué au grand terrain, milieu de terrain offensif de formation, Marcel a connu les difficultés classiques des joueurs qui viennent du foot à onze. « Je ne revenais pas assez vite en défense. Je me faisais tout le temps engueuler… La transition a été un peu compliquée » mais très rapide, grâce à une sérieuse « remise en question ».

Marcel s’est épanoui derrière, dans un rôle de libero qu’il affectionne, grâce à sa fiabilité technique. « Quand il me demande le ballon très bas, je n’ai pas d’inquiétude. Je l’ai rarement vu perdre un ballon derrière, constate Matthieu Wassin. Il est très propre techniquement, et il est fort sur passes longues. »

Et s’il faut aller au duel, Marcel sait utiliser son physique. « Il est solide sur ses appuis. Pour aller au duel à l’épaule contre lui, il faut avoir une carrure. » La force se paye quelque peu en vitesse, mais « il a cette envie de gagner, cette hargne qui le porte ».

Dès 2017, la sélection calédonienne a fait appel à ses services. Il a participé aux éliminatoires de la Coupe du monde en 2019, « une très belle expérience ».

Dans l’attente de la levée de l’obligation vaccinale pour voyager dans certains pays, Marcel est pour l’heure hors du groupe de la sélection. Il n’espère qu’une chose, le retrouver. « Quand on a goûté au haut niveau, on a envie de recommencer. »

Gilles Caprais

© G.C.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market