Lifou prise au dépourvu

Si l’on s’attendait à l’arrivée imminente du virus en Nouvelle-Calédonie, personne ne prévoyait que ce serait dans les îles Loyauté que les premiers cas seraient détectés. Depuis lundi soir, la province des Îles vit dans l’angoisse et compte les nouveaux cas.

Les îles Loyauté n’étaient pas prêtes. Dès lundi soir, deux cas de Covid-19 étaient déclarés sur Lifou. Un homme provenant du nord-ouest du district de Wetr est contaminé par le variant Delta. Hospitalisé au dispensaire de Chépénéhé, il avait été évasané lundi midi pour des raisons qui ne sont pas liées au Covid. Ce n’est qu’une fois arrivé au Médipôle que le test de dépistage s’est avéré positif. Le temps que l’information lui parvienne, une personne de son entourage proche avait embarqué sur le Bético. Les autorités ont rapidement été averties et les passagers du navire ont été accueillis, lundi soir, par les agents de la Dass et de la Sécurité civile. Des tests de dépistage ont été menés et les passagers placés à l’isolement, soit chez eux, soit dans les hôtels pour les proches de la personne contaminée. Sur Lifou, la cellule de crise mise en place lors des précédents confinements a été réactivée. « Elle est constituée du secrétaire général et des directeurs de service, des représentants de la Sodil et d’une personne du gouvernement bloquée à Lifou qui assure le relais », précise la province. Son rôle est de relayer les informations du gouvernement et du haut-commissariat, de mettre en application les mesures sur Maré, Lifou, Ouvéa et Tiga et de mener le travail d’enquête pour identifier les cas contact.

Les stocks de vaccins et de tests PCR en provenance de Nouméa devraient arriver dans les îles les prochains jours.

De l’inquiétude, mais pas de panique

Et ils sont nombreux. Car c’est en ce moment la saison des mariages et Lifou accueille énormément de monde. Les habitants, inquiets, accusent le coup, même si au dispensaire de Chépénéhé mardi matin, c’était plutôt calme. « Les gens n’osent pas trop venir, ça se comprend. De notre côté, nous devons nous organiser, essayer de séparer le circuit propre du circuit contaminé et puisque nous avons été cas contact, nous devrions être testés d’ici la fin de la semaine », dévoile le médecin d’astreinte. Mercredi après-midi, neuf nouveaux cas étaient détectés. Ils présentent des symptômes mineurs et sont confinés à domicile avec une surveillance médicale au quotidien. Si leur situation se dégrade, ces patients seront évasanés sur Nouméa. La province, de son côté, incite les personnes présentant des symptômes à passer les tests de dépistage antigéniques. S’ils permettent d’obtenir un résultat rapidement, ils sont moins précis que les tests PCR analysés en laboratoire à Nouméa. Le stock de PCR sur place est cependant très réduit et « sans avion ni bateau, on a des moyens limités d’en faire venir. Le gouvernement devrait cependant faire un envoi dans les prochains jours », affirme la province. Les dispensaires de Wé et Chépénéhé n’ont plus de quantité suffisante d’oxygène. Si l’épidémie se propageait, la situation pourrait vite devenir critique. Et avec seulement 10 % de la population vaccinée sur l’ensemble des quatre îles Loyauté, le risque est grand. La province se trouve un peu dépassée, d’autant qu’elle doit aussi contrôler les fausses rumeurs et convaincre les sceptiques, encore nombreux sur l’île.

La vaccination en tribu va se poursuivre à travers l’opération « Vacci’tribs », l’équivalent des vaccinodromes. © PIL

 


Ruée sur les magasins à Wé

Les habitants de Lifou se sont précipités, dès mardi matin, sur les magasins qui ont été contraints de mettre en place des quotas. L’entrée des clients dans les banques et les épiceries a aussi été limitée. Si la population ne cède pas à la panique, la tension est montée chez les habitants.

Deux cas à Maré

Deux cas se sont avérés positifs aux tests antigéniques mercredi matin. « Évidemment, ça a créé un peu de stress, mais ce n’est pas la panique. J’ai l’impression que les mesures de confinement sont respectées. Il y a une plus forte demande de vaccination et nous sommes en train de discuter avec les autorités compétentes pour vacciner en masse ce week-end. Nous devons recevoir des doses dans les prochains jours », précise Laurent Julieron, médecin à La Roche. Les deux personnes contaminées sont confinées à domicile et des enquêtes sont en cours pour rechercher les cas contact.

Web Design BangladeshBangladesh Online Market