Les Cagous se remettent en route vers Tokyo

Reportés à cause de l’épidémie de Covid, les Jeux olympiques pourraient se dérouler finalement à partir du 23 juillet prochain. Ce mois de janvier marque donc le retour de la course à la qualification pour certains de nos athlètes. État des lieux.

Rugby à 7 : Yengo et Siega dans le coup

Ils sont de ceux qui n’ont pas complètement leur destin en main, tout du moins individuellement. Yolaine Yengo et Sefo Siega sont deux joueurs désormais bien installés en équipe de France de rugby à 7, mais leur sort dépendra surtout de celui de l’équipe. Chez les messieurs, les Bleus ne font pas partie des meilleures nations du circuit, qualifiées d’office, puis ont manqué une qualification pour les JO en 2019, lors d’un premier tournoi de qualification, remporté alors par les Anglais. Pour que Sefo Siega aille à Tokyo, il faudra d’abord que la France remporte un second TQO qui se déroulera en juin prochain à Monaco. Même chemin pour les dames. Et puis ensuite, il faudra faire partie du groupe choisi pour participer aux tournois olympiques qui se dérouleront du 26 au 28 juillet pour les hommes et du 29 au 31 juillet pour les femmes.

Natation : Maxime Grousset change de dimension

©afp

En décembre dernier à Saint-Raphaël, Maxime Grousset, 21 ans, a remporté pour la première fois un titre de champion de France en grand bassin chez les seniors. Avec un chrono de 48’67, il rafle le titre dans le prestigieux 100 mètres nage libre, mais malgré tout, il ne réalise pas le temps nécessaire pour obtenir un ticket pour le bassin de Tokyo. L’ancien nageur du CNC reste plus que jamais dans la course pour les JO, alors que sa progression est constante depuis plusieurs saisons. Son destin olympique se jouera en juin, lors des championnats de France d’été à Chartres. Ses performances sur le 100 mètres nage libre devraient également lui ouvrir une place dans le relais tricolore, comme aux Mondiaux en 2019.

Karaté : mission presque impossible pour Minh Dack

Il aura été durant tant d’années l’un des meilleurs en kata. Mais depuis, Minh Dack s’est éloigné des tatamis et surtout de la Fédération française de karaté. L’annonce de la présence, pour la première fois, de la discipline au calendrier des Jeux l’a poussé à reprendre du service au plus haut niveau. Mais malgré son travail, il ne faisait pas partie des plans de la FFK pour les Jeux en 2020. Le report, et surtout le fait que le karaté ne soit pas au menu des Jeux de 2024, avait rebattu les cartes et la marche semble très haute pour le Cagou. Sans déplacement à cause de la crise sanitaire et sous les radars de la FFK, il faudra un grand retournement de situation pour que Minh Dack soit présent au TQO en juin, à Paris.

Basket 3 x 3 : Soana Lucet sort du chapeau

©Rvbc

Joueuse confirmée de basket-ball, Soana Lucet n’a jamais fait partie des potentielles sélectionnables en équipe de France. Il n’y avait pas vraiment de question sur une possible présence aux JO. Et pourtant. L’Open de France de basket 3 x 3, une version condensée de la discipline, a vu le club Roche-Vendée et la Calédonienne s’imposer. De quoi lui ouvrir les portes de l’équipe de France de 3 x 3 et du tournoi de qualification olympique. Là voilà, à 33 ans, à rêver de Jeux et même d’en faire un objectif plus que crédible. En Inde, en mars, trois tickets seront distribués pour Tokyo. La France, actuellement en tête du classement mondial de la discipline, semble bien armée pour voir le Japon. Mais il faudra compter sur des nations comme la Mongolie, la Slovénie ou les Pays-Bas, également sérieux clients.

Tranquilles comme Grangeon, Goyard et Mawem

Eux ont surtout eu le soulagement d’apprendre que leurs efforts n’ont pas été vains. Déjà qualifiés pour les JO de Tokyo pour l’année 2020, Lara Grangeon (natation eau libre), Bassa Mawem (escalade) et Thomas Goyard (planche à voile) conservent leur ticket pour les Jeux et seront bien présents au Japon. Mais ce n’est peut-être pas terminé pour Lara Grangeon. Elle pourrait obtenir, en plus d’une place sur le 10 kilomètres en eau libre, un ticket pour la natation en bassin, comme c’est le cas depuis 2012. Pour cela, elle devra atteindre les minima en juin lors des France, à Chartres.


Le doute plane toujours sur les Jeux

C’est une communication qui se veut rassurante. Le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, a annoncé, la semaine dernière, qu’un nouveau report des Jeux ne faisait pas partie des plans. Mais d’autres indicateurs viennent encore une fois mettre le doute sur la tenue de ces JO, déjà reportés d’un an en mars dernier. Depuis cette semaine, la région de Tokyo a été placée en alerte maximale à cause de la recrudescence des contaminations à la Covid, un variant du virus aurait également été découvert dans le pays et de plus en plus de Japonais semblent contre l’idée de ces Jeux. Selon un récent sondage, un peu plus de 80 % des personnes interrogées par l’agence de presse Kyodo pensent que les JO devraient être annulés ou reportés à nouveau. Le feuilleton est loin d’être fini.

A.B.

 

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market