Les blocages, la pluie et la crise sanitaire font chuter les exportations

Le ralentissement de l’activité nickel au premier semestre et le recul des exportations des produits de la mer, dans une moindre mesure, pèsent sur la balance commerciale qui enregistre une dégradation du déficit, selon les données publiées la semaine dernière par l’Institut de la statistique et des études économiques.

Recul de 23 % des exportations au premier semestre

La balance commerciale de la Nouvelle- Calédonie est déficitaire de 68,1 milliards de francs sur le premier semestre, soit 18 milliards de plus qu’au second semestre 2020. Un résultat qui est dû à la diminution des exportations puisque le montant des importations se maintient. Avec 65 milliards de marchandises vendues sur les marchés étrangers (soit moins 23 % par rapport à 2020), les exportations accusent un net recul imputé à l’industrie minière essentiellement. Mais cette conjoncture est également liée au contexte mondial.

La météo et les événements du Sud en cause dans le secteur du nickel

Le conflit lié au rachat de l’usine du Sud fin 2020, début 2021 ainsi que des pluies record avec le phénomène La Niña ont eu de lourdes répercussions sur les exportations de nickel. « En outre, l’usine du Nord a subi des aléas techniques qui ne permettent pas un rendement optimal de ses lignes de production », note l’Isee. Résultat : les ventes à l’international de ferronickel ont chuté de 37 %. Paradoxalement, les cours du nickel sont favorables, ce qui a permis, dans une moindre mesure, d’amortir les pertes.

La filière crevettes dévisse

Au deuxième trimestre, les exportations de crevettes ont chuté de 38 %, en raison de la crise sanitaire. La fermeture des restaurants au Japon a entraîné une baisse de la demande de crevettes calédoniennes presque exclusivement exportées au pays du Soleil-Levant. Les producteurs locaux ont été contraints de mettre certains de leurs bassins en jachère. La filière est lourdement touchée, d’autant que les perspectives pour l’année prochaine ne sont pas meilleures.

Les exportations de thon décollent

Les volumes de thon exporté sont en hausse de 92 % pour un montant en progression de 66 %, indique l’Isee. Cette hausse intervient après plusieurs mesures pour relancer la filière de la pêche hauturière dont la mise en place du label Pêche responsable hauturière, reconnu par la loi du pays du 7 février 2017.

V.G.

©archives DNC

 

Web Design BangladeshBangladesh Online Market