Le record peut tomber

À 15 jours de la clôture des préinscriptions, 13 bateaux ont déjà annoncé leur intention de participer à la Groupama Race, le tour de Nouvelle-Calédonie à la voile. La course accueillera cette année des géants de mer comme Team Vodafone Sailing, le bateau le plus rapide de Nouvelle-Zélande.

La Groupama Race, le tour de Nouvelle- Calédonie à la voile sans escale, promet de belles bagarres. Cette grande course, la plus grande banane olympique (voir encadré) partira le 25 septembre prochain de Nouméa. Pour cette cinquième édition, le comité de course et les partenaires ont décidé de revoir leur copie pour attirer de nouveaux concurrents en ouvrant la régate à tous les bateaux supérieurs à 8,50 m, monocoques et multicoques. « Avec ce changement important, les intentions de participation et les inscriptions n’ont pas tardé puisqu’à ce jour 13 bateaux se sont déjà préinscrits et d’autres ont indiqué qu’ils allaient le faire », précise Laurence Bouchet du comité d’organisation.

Le record dans le viseur

Avec l’ouverture cette année de la Groupama Race aux multicoques, l’équipage Team Vodafone Sailing, le multicoque néo-zélandais de 18 mètres de long et un mat de 28 mètres, n’a pas tardé à s’inscrire et fait déjà partie des favoris pour battre le record de l’épreuve, soit 1 500 kilomètres en 3 jours 18 heures et 54 minutes, et détenu par le monocoque Crusader. Deux autres grands catamarans prendront le départ : Birdies Furax 2, un G-Force 1 500 de près de 16 mètres, taillé pour la course/croisière. Son propriétaire, Alain Vilas, sera secondé par Jérôme Legal, champion du monde de Hobie 16 en 2010. Un bateau polynésien s’est aussi préinscrit, Moemiti, un catamaran 45. « D’autres multicoques sont également attendus sur la ligne de départ, avec des unités de course/croisière et des loisirs spécialement équipés pour faire la course », précise Laurence Bouchet.

Le retour de petites unités

« Il y aura plusieurs courses dans la course », confie Philippe Mazard, le président de la Ligue calédonienne de voile. Si les multicoques partent devant, la lutte sera tout aussi intéressante chez les monoques avec notamment le grand retour de bateaux plus petits. Gummo Phytocal, un Bongo 960, et Kétal, un Sun Fast 3 200, deux voiliers calédoniens, sont à ce jour les plus petites unités attendues (moins de 10 mètres). Ils navigueront au coude à coude avec Boulègue, un Young 9.9 de Vincent Trinquet. Banque de Nouvelle-Calédonie, qui a réalisé le deuxième temps compensé lors de la dernière Sydney-Hobart, sera également présent. Il devrait naviguer bord à bord avec des Sydney 38 comme Eye Candy. D’autres sisterships devraient d’ici peu annoncer leur participation.

Enfin, deux bateaux à quille basculante feront sûrement parler d’eux. Le petit calédonien de 35 pieds, Keel Bill, coskippé en 2014 par Franck Cammas, et Ran Tan II, un Elliot 50 néo-zélandais skippé par Brian Peterson. Seul bémol pour l’instant, aucun bateau australien ne s’est manifesté, mais les préinscriptions se clôturent le 30 avril.

C. Schoenholtzer

Photo CNC

————————————

Le parcours banane olympique

C’est le parcours le plus utilisé en régate. Il consiste en une ligne perpendiculaire au vent et une bouée dans l’axe du vent. Un compte à rebours de cinq minutes est donné puis les bateaux prennent le départ au top. Ils doivent ensuite contourner la bouée au vent en la laissant à bâbord, les bateaux effectuent un nombre de tours spécifié avant de passer la ligne d’arrivée. À la Groupama Race, les bateaux réalisent ce parcours en faisant le tour de la Nouvelle-Calédonie avec un départ et une arrivée à Nouméa.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market