Le ballet australien en représentation : un spectacle unique !

Une chance pour le public calédonien : l’Association pour le rayonnement de la danse en Nouvelle-Calédonie (ARDNC) accueille pour la première fois sur le territoire dix danseurs du prestigieux Australian Ballet dans le cadre des Nuits de la danse au centre culturel du Mont-Dore.

Les amateurs de danse classique vont pouvoir passer un moment exceptionnel. Dix des soixante danseurs de la troupe nationale australienne, l’une des plus connues au monde, vont se produire sur les planches du centre culturel ces trois prochains jours à l’occasion des premières Nuits de la danse. Ce déplacement a été rendu possible grâce à l’approbation de David McAllister, directeur artistique de l’Australian Ballet, lui-même venu danser à Nouméa en 1993 lorsqu’il faisait partie du ballet du Queensland. Les artistes présenteront un spectacle en deux parties avec plusieurs ballets en pas de deux et trois, issus du répertoire classique : on découvrira ainsi leur interprétation de Gisèle, du Lac des Cygnes ou encore Casse-noisette. Ils proposeront aussi Molto Vivace et At the Edge of Night, deux chorégraphies néoclassiques de Stephen Baynes, jeune chorégraphe australien, récompensé du Prix de Londres. De la danse professionnelle, interprétée par de grands danseurs, sur des ballets exceptionnels, des musiques des plus grands compositeurs du XXIe siècle, de la pureté, de la grâce… Voilà donc à quoi doit s’attendre le public local. « C’est du jamais-vu à Nouméa, nous confirme Sabrina Djurovic, directrice de l’ARDNC, qui précise néanmoins que le spectacle est tout public, qu’il peut intéresser au-delà des danseurs et des amateurs de danse classique tous les gens sensibles à l’art et à la culture ».

Établir des contacts

L’association, créée en 2012 par des passionnés de la danse et des anciens professionnels, avait déjà essayé de monter un tel spectacle, mais avait finalement dû renoncer « faute de subventions suffisantes ». Cette fois-ci, c’est sans faire appel aux institutions que le spectacle a été envisagé et le nombre de places vendues viendra rembourser les dépenses. L’objectif est, premièrement, d’offrir au public calédonien, qui n’a pas la chance de voir de telles programmations, un spectacle de très grande qualité. Mais c’est aussi de « tirer la danse locale vers le haut » et, en particulier, de « donner envie aux plus jeunes ». Ainsi, la jeune ballerine Alicia Cayuela, ancienne du Studio Zapata et désormais au Conservatoire de Nice, a eu la chance de pouvoir s’échauffer cette semaine avec les danseurs professionnels ! À noter que les éventuels bénéfices résultant de la diffusion de ce spectacle seront réinvestis concrètement pour permettre à de jeunes danseurs de participer à des stages à l’international, de faire venir des professeurs de renom, de créer une compagnie, et une synergie avec les autres jeunes danseurs des îles voisines (Australie, Nouvelle-Zélande, Fidji, Polynésie française). Et puis, éventuellement, tous ces contacts engagés également en Nouvelle-Zélande permettront de développer la programmation locale. Et c’est tout ce que l’on peut souhaiter.

C.M/Cr photo : Australian Ballet

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market