[DOSSIER] Laki, le chien chanceux

Laki a été sauvé de la rue par l’association Arche de Lola. Le boxer croisé a été retrouvé dans un piteux état, avant d’être adopté par sa nouvelle maîtresse Maimiti Avetand.

« Il était sale, maigre, blessé et avait la gale. » Un an et demi après, la description ne correspond plus au chien joueur et curieux dont Maimiti Avetand s’occupe. Les traitements, les shampoings et l’amour ont effacé les traces de son errance. Le boxer croisé tigré, reconnaissable à ses yeux vairons, traînait depuis un moment dans les rues de Koutio. « Il était craintif, j’ai mis une heure à l’attraper », raconte Lola Le Helley.

Avec son association l’Arche de Lola, elle vient en aide depuis 2019 aux chiens sans niche fixe. La pauvre bête lui avait été signalée plusieurs fois avant qu’elle ne s’en occupe. Laki n’avait pas de collier, pas de tatouage, ni de puce. « Son état montrait qu’il n’avait pas passé qu’une semaine dans la rue, mais des mois entiers », se souvient son ange gardien.

Selon Lola Le Helley, les histoires touchent plus que le physique des chiens. La sienne a ému beaucoup de monde. Des dons ont afflué pour lui venir en aide. Et plusieurs familles se sont manifestées pour en obtenir la garde. C’est finalement Maimiti Avetand qui l’a eue. Un coup de cœur et un coup du destin, d’après les deux femmes. « Plusieurs personnes m’avaient envoyé des photos de lui, je venais de perdre un boxer et je cherchais un nouveau compagnon pour ma chienne, explique sa maîtresse. Pour moi, il n’était pas question de racheter un chien. »

L’adoption n’a pas été si facile. Les premiers jours, il restait sous un arbre, sans bouger. L’agitation, les cris et certains gestes l’effraient encore facilement. « Il mordille tout, il cherche tout le temps l’attention. » Mais Laki est un chien chanceux. Son nom rappelle, en hawaïen, cette chance qu’il a eue de trouver une famille aimante.

À l’inverse, des milliers de ses congénères sont toujours dans la rue. Leur divagation est un danger pour eux-mêmes, mais aussi pour l’environnement et pour la population. Les associations de bien-être animal et les différentes collectivités du territoire tentent de s’organiser pour sauver le meilleur ami de l’homme.

Photo : Laki, 3 ans, entouré de Lola Le Helley (à gauche) et Maimiti Avetand./ B.B.

Brice Bacquet

Dans notre dossier

Une loi du pays contre la misère animale
Isabelle Champmoreau est en charge du bien-être animal au gouvernement depuis 2019. Elle soutient un projet de loi visant à identifier les animaux domestiques et à encadrer leur cession.→

Les associations ont la rage de vaincre
Missions de sauvetage, stérilisation, collecte de croquettes, recherche de familles d’accueil… Les associations qui œuvrent pour la cause animale se donnent un mal de chien pour leur venir en aide. →

Au Mont-Dore, ils en ont fait leur cheval de bataille
Agir pour le bien-être animal est une des priorités de la commune. Particulièrement touchée par les chiens errants, elle intervient sur plusieurs fronts pour tenter d’enrayer le problème.→

L’île des Pins, l’île aux chiens
Eau turquoise, sable blanc et chiens en divagation. Au dos des cartes postales de Kunié, la prolifération des canidés agace certains professionnels du tourisme qui réclament des actions.→

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market