La Nouvelle-Calédonie encore sur le qui-vive

Des gendarmes près de Rivière-Salée. Photo Theo Rouby / AFP

De graves exactions se sont encore produites ces derniers jours. Dans la nuit de dimanche 30 juin à lundi 1er juillet, un espace de 10 000 m2 de docks a été incendié à Ducos. Le sinistre a nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers de Nouméa, des pompiers de Paris et du personnel de la Sécurité civile. Les habitations à proximité étaient menacées. Trois entreprises et 80 emplois supplémentaires sont affectés.

À Koutio, le CHT a fait état d’une nouvelle agression d’une employée (car-jacking) sur son trajet de retour à domicile. La situation restait tendue mardi 2 juillet à Houaïlou, où le Centre de formation aux techniques de la mine et des carrières de Poro a été incendié. Au Mont-Dore, les gendarmes ont procédé mardi toujours, à des opérations de sécurisation des « verrous » situés aux entrées nord et sud de la tribu de Saint-Louis. Au sud, ce verrou a été avancé aux abords du lieu-dit Roche-Liane permettant de sécuriser des habitants.

Des affrontements s’étaient déroulés à Païta en fin de semaine dernière. Le 26 juin, la résidence de Victor Tutugoro, président de l’UPM (Union progressiste en Mélanésie), élu du Congrès, vice-président de la province Nord, avait été incendiée. Le gouvernement a appelé à « une vigilance accrue de la part de tous élus municipaux, provinciaux, du Congrès et du gouvernement ainsi que des institutions coutumières ». Des détails ont par ailleurs filtré sur l’horreur subie par des habitants de Bourail autour du 24 juin. L’histoire d’un homme poursuivi par un groupe de personnes et exfiltré par le GIGN a en particulier suscité l’émoi. Pour l’heure, la justice n’a pas communiqué sur cette affaire.

L’État a étendu jusqu’au 8 juillet le couvre-feu sur l’ensemble du territoire et les interdictions concernant les armes et la vente d’alcool. Les rassemblements sont aussi interdits les week-ends d’élections. Parmi les bonnes nouvelles, la reprise de l’école dans plusieurs communes de province Nord, après cinq semaines d’arrêt, et dans le Sud, à Païta, ou encore quelques établissements au Mont-Dore Sud et à Nouméa.