« La crise est bien là »

Fermetures d’entreprises, pertes d’emplois, conjoncture au ralenti, le Medef-NC tire la sonnette d’alarme. Le comité exécutif de l’organisation patronale s’est réuni pour faire un point sur la situation actuelle. Il confirme la crise économique et propose ses pistes de relance.

Pour le Medef-NC, la situation économique est plus que ralentie et les entreprises sont en grandes difficultés. « Nous avons fait un tour de table et tous les secteurs sont unanimes, la crise économique est bien là ! Aujourd’hui les patrons doutent, on ferme des sociétés, il y a des pertes d’emplois surtout dans le BTP, les chefs d’entreprise sont anxieux et on attend toujours le rebond économique que l’on nous promet depuis des mois, explique l’un des coprésidents de l’organisation patronale, Daniel Ochida. Après avoir connu une croissance forte tirée par les grands travaux, aujourd’hui, le modèle calédonien n’est plus viable. » Les chiffres le confirment : alors que la moyenne de progression devrait être de plus de 3 % par an, « la Calédonie était déjà à 1,9 % en 2013, précise éric Durand, également coprésident de la fédération, les patrons sont arrivés au maximum de leur pression fiscale et de leurs contributions sociales. » Face à ce constat, le Medef-NC propose des pistes de relance économique.

Réduire le nombre de fonctionnaires

Même si le travail actuel du gouvernement en faveur de l’amélioration de la compétitivité est pour le Medef-NC « intéressant », l’organisation patronale indique « que ce ne sera pas un levier suffisant » pour relancer l’économie. Pour Daniel Ochida, « on est aujourd’hui dans une politique dirigiste, il faut maintenant avoir des solutions libérales. » Et la principale solution pour sortir de la crise est donc de réduire les dépenses publiques. Pour Éric Durand, « il convient d’engager au plus tôt une diminution de la dépense de fonctionnement et cela passe par une réduction du nombre des fonctionnaires. »
Le coprésident de la fédération ajoute en ce sens que « les fonctionnaires représentent en Calédonie 21 % du PIB contre seulement 10 % en Australie. On a un réel problème. Le poids des rémunérations du secteur public apparaît hors norme au plan régional et international » (Voir encadré).

Soutenir les entreprises

La deuxième piste de relance avancée par le Medef-NC vise à renforcer la sous-traitance au secteur privé. « Des projets ou activités qui auraient pu être confiés au secteur privé ont été internalisés par le secteur public, ce qui a eu pour conséquence de créer des postes de fonctionnaires ou d’agents administratifs comme une partie du pôle logistique du Médipôle. Faisons, là aussi, des économies publiques de fonctionnement pour financer les investissements privés », avance Daniel Ochida. Autre point abordé, celui de la réglementation, jugée trop lourde en Calédonie, et donc handicapante pour l’économie privée. « Tous les experts qui sont passés en Nouvelle-Calédonie ont dit que la réglementation et l’économie administrée ne sont pas une solution, avance Catherine Wehbe, la directrice du Medef-NC. Pour soutenir nos entreprises, il faut que l’administration accompagne la relance. Elle doit être notre accompagnatrice plutôt que notre contrôleuse. Il faut faciliter les procédures, raccourcir les délais d’autorisation. » La fédération donne des exemples en ce sens comme des permis de construire trop longs ou repoussés, des projets privés en stand-by comme ceux des ports de plaisance ou encore des autorisations d’exploitation ou de prospection pour les mines qui n’avancent pas.

D’autres pistes de relance

Même si le problème fondamental reste la réduction des dépenses publiques, l’organisation patronale a également avancé d’autres pistes. Pour Daniel Ochida, « il faut prendre des mesures fiscales et sociales en faveur du développement. Il faut baisser les charges sociales. Notre fiscalité est 15 % supérieure à celle de nos voisins comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Pourquoi ne pas baisser les charges sociales des prestations familiales au profit de l’impôt puisqu’aujourd’hui, on va mettre un impôt sur la consommation avec la TVA. » Le Medef-NC
qui, sur les mesures fiscales et sociales, en profite pour saluer la volonté du gouvernement de prolonger d’ici la fin de l’année des dispositifs de défiscalisation locale ou de mettre sur pied un projet de loi pour mieux rémunérer les comptes courants d’associés.

L’organisation patronale présentera toutes ces pistes au gouvernement et notamment à son président lors d’une réunion prévue le 25 août.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market