Grenelle

On aura beau se méfier des Grenelle et autre Grand Débat, ces événements ont au moins l’avantage de mettre en lumière et d’ouvrir la parole sur des problématiques sociétales. Depuis le lancement du Grenelle contre les violences conjugales, les émissions et les reportages sur le sujet se succèdent. On fait parler les familles, on fait parler les professionnels, on répète les chiffres pour qu’ils s’inscrivent dans les esprits.

La France, pays des « droits de l’homme », on l’a compris, est en retard sur ce sujet à bien des égards. Alors les promesses pour l’instant formulées par Édouard Philippe sont forcément bien accueillies. Mais elles sont jugées insuffisantes et les moyens dégagés aussi. Les associations réclament un milliard d’euros, deux fois plus d’hébergements que ceux annoncés, une meilleure formation des policiers et des gendarmes, un renforcement de la prévention contre les violences sexistes à l’école et la création d’instances judiciaires dédiées aux seules femmes. Elles auront l’occasion de se faire entendre jusqu’à la fin de l’opération, en novembre, en espérant que les choses avancent.

Le Grenelle a aussi été lancé en Nouvelle-Calédonie. Ici les statistiques atteignent des sommets. Les autorités parlent de chiffres « inacceptables », encore faudrait-il réellement avoir les moyens de ses ambitions avant de déplorer cette situation. Les femmes, elles, sont en tout cas toujours aussi courageuses. Elles sont de plus en plus nombreuses à porter plainte. Une démarche nécessaire pour que cesse l’impunité dans notre société.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market