Examens : les épreuves orales et écrites annulées au profit du contrôle continu

Annulation d’épreuves, suppression du Grand oral, moins de la moitié des élèves présents lors de la rentrée dans le secondaire, autotests et vaccination, Isabelle Champmoreau, vice-présidente du gouvernement, et Erick Roser, vice-recteur, ont fait le point en début d’après-midi.

 

« Nous avons recherché les meilleures conditions de délivrance des diplômes pour trouver un équilibre entre  bienveillance et qualité de la certification, a introduit  Erick Roser, le vice-recteur. L’équilibre a été trouvé en appréciant le travail et les acquis des élèves au travers du contrôle continu. » Conséquence, il a été décidé d’annuler toutes les épreuves ponctuelles orales et écrites de la session normale de décembre et d’évaluer chacune d’elle à partir des évaluations menées en continu pendant toute l’année. « Nous adoptons en 2021 les dispositions en vigueur en Métropole en 2020, considérant que nous subissons à contretemps la crise sanitaire. »

Pour le bac général et technologique : les épreuves anticipées écrites et orales de 1re, ainsi que celles de philo en terminale seront remplacées par le contrôle continu. Le Grand oral de terminale est annulé et neutralisé dans les coefficients. L’oral de rattrapage sera par contre organisé comme prévu mi-décembre.

Pour le bac pro et les BTS : les épreuves ponctuelles écrites orales sont annulées et évaluées à partir du contrôle continu et l’oral de rattrapage sera en revanche organisé comme prévu mi-décembre. La session exceptionnelle de rattrapage pour les BTS n’aura pas lieu, mais certains étudiants, sur décision du jury, pourront être autorisés à se présenter à nouveau à la session de remplacement en février 2022.

Enfin, pour le brevet : les quatre épreuves écrites sont remplacées par du contrôle continue et l’oral est annulé et neutralisé dans le coefficient.

L’objectif, estime Erick Roser, est « de ne pas courir après le temps et d’assoir les compétences pour préparer à la poursuite de scolarité ».

Erick Roser estime qu’un compromis est trouvé entre bienveillance et qualité de la certification.

44 % des élèves dans les collèges et les lycées

« On a rouvert l’école pour les plus âgés parce qu’on a considéré que cette population est la plus capable de se conformer au protocole, il faut repenser au rôle essentiel de l’école dans cette période », a insisté, en préambule, Isabelle Champmoreau, vice-présidente du gouvernement, qui a dressé un premier bilan de la rentrée dans le secondaire la semaine dernière. Sur environ 5 000 personnels, 91 % étaient présents. « Il s’agit d’un absentéisme classique. » Concernant les élèves, 44 % d’entre eux ont été accueillis dans les collèges et les lycées des trois provinces, soit 7 000 élèves qui ont repris les cours. Ils sont davantage revenus dans l’agglomération, avec 48 % des élèves. L’absentéisme est un peu plus prononcé en voie professionnelle. À noter que la continuité pédagogique perdure et que l’absentéisme n’est pas pris en compte jusqu’au 31 octobre, c’est-à-dire pendant le confinement adapté.

 

Distribution de 365 000 autotests

« Le dépistage a une importance très particulière », a affirmé Isabelle Champmoreau. 365 000 autotest sont en train d’être distribués (185 000 l’ont déjà été) aux familles des élèves de 6e et de 5e, « parce que les plus jeunes ne peuvent pas être vaccinés », puis à tous les élèves de lycée. Ensuite, ce sera aux élèves de 4e et 3e, puis aux classes de primaire afin de couvrir toute la population scolaire. Chacun reçoit 5 tests à raison d’un par semaine. « Ce n’est pas obligatoire, précise Isabelle Champmoreau, mais on le préconise pour que la famille le sache et n’envoie pas l’enfant à l’école, mais surtout parce que les jeunes peuvent être asymptomatiques et contaminer la famille. On conseille de le faire le dimanche soir. »

Un nouveau dispositif va également être mis en place avec la Dass, le dépistage (avec une autorisation parentale) des enfants directement dans les établissements.

 

Aucune classe fermée pour l’instant

Le protocole en place dans le secondaire prévoit qu’une classe ferme à partir de 3 cas positifs. Une communication régulière sur la situation avec des chiffres sera donnée chaque vendredi. Depuis le 12 octobre, 6 cas positifs ont été constatés chez les élèves et 9 élèves testés chez eux ne se sont pas présentés. 2 personnels ont été testés positifs. Aucune classe n’a été fermée pour l’instant.

 

La vaccination en question

La vaccination est désormais obligatoire pour les personnels des établissements scolaires. Isabelle Champmoreau indique que des réunions vont être tenues avec les partenaires sociaux cette semaine afin d’en discuter, « pour voir comment elle est perçue et comment on va l’appliquer ». Une journée est prévue ce samedi avec les partenaires sociaux autour du pass sanitaire et de l’obligatoire vaccinale.

Concernant les jeunes, 40 % des 12-17 ans ont reçu 2 doses et 20 % une dose. C’est à peu près pareil pour les 18-20 avec 41 % de schéma vaccinal complet.

 

Et le masque ?

La question du port du masque dès l’âge de 6 ans a été longuement discuté avec le corps médical, a précisé la vice-présidente. « Les médecins nous ont conseillé le masque en période de circulation du virus. Plusieurs études ont été réalisées sur des conséquences notamment chez les plus jeunes sur l’apprentissage du langage. Il faut se protéger, mais nous sommes à 5 à 6 semaines de la fin de l’année, donc les enfants qui portent le masque ne seront pas affectés sur une grande période. »

 

Point sanitaire

1 décès supplémentaire est à déplorer depuis dimanche, ce qui porte à 242 le nombre de personnes qui sont décédées du Covid depuis le 9 septembre. 10 070 cas sont positifs et le taux d’incidence est de 224 pour 100 000 habitants. 35 patients sont en réanimation et 137 sont hospitalisés en unité Covid. 61 % de la population vaccinable et 52,08 % de la population totale ont un schéma vaccinal complet.

 

A.-C.P. (© V.G.)

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market