[DOSSIER] On vous souhaite la santé surtout !

Une nouvelle année ne pourrait commencer sans ce vœu formulé à ses proches. La santé, c’est tout ce qu’on le souhaite.

La santé, que demander de plus ? En Nouvelle-Calédonie, le dernier Baromètre santé 2021, une large enquête interrogeant une partie de la population publiée en 2022, révèle que 7 adultes sur 10 se considèrent en bonne santé. Tout n’est pourtant pas parfait. « La malbouffe détériore notre santé, assène Jean-Philippe Leroux, président de l’Association des diabétiques de Nouvelle-Calédonie. En 2023, les Calédoniens doivent mieux la prendre en considération. »

Le diabète est l’une des cinq maladies chro- niques les plus répandues sur le territoire. Il est trois fois plus présent qu’en Métropole, d’après l’étude la plus récente réalisée entre 1992 et 1993. La pathologie concerne 20 000 malades, mais presque autant « sont dans l’ignorance ». « Il n’y a pas de symptôme, le seul moyen est de tester sa glycémie. Le diabète de type 2 peut être stabilisé en mangeant mieux et en pratiquant une activité physique », soutient Jean-Philippe Leroux.

Cette « maladie silencieuse », sujet prioritaire de santé publique, est principalement liée à un excès de poids. Selon le même baromètre, le nombre de personnes obèses ou en surpoids reste stable depuis 2010. Il s’avère « trop élevé dans les deux sexes, particulièrement chez les 45-64 ans et les femmes ».

L’étude insiste notamment sur la nécessité de consommer les portions de fruits et de légumes recommandées, tout en diminuant la consommation des boissons sucrées. « Pour être en bonne santé, il faut commencer par travailler sa propre santé, rappelle le Dr Marie-Laure Gaudillier, médecin généraliste et présidente du Syndicat des médecins libéraux (SML). De nombreuses maladies sont évitables, il faut faire attention à son alimentation et au tabac. »

GARANTIR L’OFFRE DE SOINS

Mieux manger, l’éternelle ritournelle lorsqu’on établit sa liste de bonnes résolutions. Les auteurs du Baromètre santé recommandent d’encadrer la publicité des produits trop gras, trop sucrés et trop salés, tout en incitant à pratiquer une activité physique régulière à l’école, au travail et dans les quartiers. L’antenne locale de l’UFC-Que Choisir soutient ces ambitions.

L’association de défense des consommateurs aimerait que nous soyons mieux informés sur la qualité et l’origine des produits commercialisés, autant pour mettre en valeur le travail des agriculteurs locaux que pour favoriser une alimentation équilibrée. Elle réclame la baisse des prix des fruits et légumes dans le contexte d’inflation actuel. « Avec la vie chère, certains ont du mal à se nourrir correctement. Les institutions doivent faire quelque chose », prévient Jean- Philippe Leroux. « Plus les gens seront en mauvaise santé, plus ils coûteront cher à la société, insiste Marie-Laure Gaudillier. La bonne santé contribue à une bonne économie. » Si les moyens sont mis à disposition des professionnels et du système de santé, relève la présidente du SML.

Sur ce point, 2023 ne changera pas de 2022. Il manque toujours cruellement de médecins et de spécialistes. « Moins on sera nombreux, plus on ne fera que du soin, sans faire de prévention. Cela commence à être dangereux, certains patients en ophtalmologie ne sont pas suivis, leurs problèmes de vue s’aggravent. Il y a aussi des carences en dermatologie avec les dangers des cancers de la peau », explique la médecin généraliste, qui ne cache pas son inquiétude sur l’avenir de l’offre de soins.

Le SML, qui rassemble la moitié des praticiens calédoniens, veut rendre le territoire « plus attractif ». Il préconise d’augmenter les prix des consultations et des autres actes médicaux. Il souhaite aussi travailler sur la charge de travail administratif des médecins. « Plusieurs petites choses peuvent nous permettre de faire plus de soins, explique sa présidente. On nous fait par exemple travailler en double, en nous exigeant d’envoyer des documents par mail et en plus de les déposer en format papier. »

Le syndicat compte multiplier les actions et les rencontres cette année pour arracher des solutions concrètes. Marie-Laure Gaudillier appelle à une « prise de conscience » pour que les professionnels de santé « puissent s’occuper au mieux des Calédoniens ».

Brice Bacquet

Photo : En ophtalmologie, le manque de spécialistes complique l’accès aux soins des Calédoniens.  / © Archives DNC

Dans notre dossier

On vous souhaite « un processus de réconciliation »
Selon la chercheuse Clara Filippi, doctorante en sciences politiques et sociales, les accords n’ont pas permis de « réconcilier les mémoires ». →

On souhaite l’anticipation et l’adaptation au changement climatique
En matière environnementale, notre souhait concerne la réponse aux effets du changement climatique. →

On vous souhaite une stratégie pour le nickel
Trois textes majeurs ont été votés dernièrement par le Congrès : amodiation, taxe et redevance. Ces avancées sont le fruit de majorités plus ou moins fragiles. →

On vous souhaite une météo plus clémente
Après trois ans au rythme de La Niña, les dés sont remis en jeu en 2023. →

On vous souhaite que la culture reprenne des couleurs
Des artistes et techniciens mieux considérés, davantage entendus et reconnus. C’est le souhait des acteurs culturels. →

On vous souhaite une vie moins chère
Des solutions existeraient pour tenter de réduire la facture et redonner un peu de pouvoir d’achat. →

On vous souhaite de l’amour comme s’il en pleuvait
Que l’année 2023 soit pleine de joie, de réussite… et d’amour, bien sûr ! →

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market