Dommage

Faute de consensus sur une candidature pour la présidence du Congrès, les non-indépendantistes ont permis la réélection de Roch Wamytan. Les indépendantistes sont désormais à la tête des deux plus importantes institutions du territoire. C’est historique. À cinq mois du référendum, ils reprennent du gallon, après les désastreux épisodes de l’usine du sud ou du gouvernement. Et en position de force, ils insistent sur le fait qu’ils travailleront avec tout le monde, dans le respect et pour l’intérêt général. Certains représentants loyalistes minimisent déjà cet épisode. Pour eux, peu importe qui préside le Congrès, il n’y a pas de majorité claire et donc peu d’impact. D’autres soulignent que ce n’est qu’une affaire de partis et qu’elle ne bouleversera en rien la campagne du « Non » qui va débuter très prochainement. Sauf que pour le symbole, on reviendra…
C’est une opportunité ratée. Tout le monde l’affirme, les egos, ont pris le dessus. Et cela donne une image désastreuse de nos représentants. Pour les Calédoniens, les querelles, insignifiantes au regard des enjeux historiques, ont assez duré.

Web Design BangladeshBangladesh Online Market