De Poingam à Prony, le grand défi de Gilles Guetemme

Ce dimanche, Gilles Guetemme s’élancera à l’assaut des 84 km de l’ultra-trail de Nouvelle-Calédonie (UTNC) du côté de Plum. Un point d’étape pour celui qui ambitionne de parcourir la Calédonie du Nord au Sud en courant.

C’est une aventure un peu folle dans laquelle compte se lancer Gilles Guetemme. Né à Denain, dans le Nord de l’Hexagone, ce kinésithérapeute de 51 ans pratique le trail depuis une dizaine d’années. Habitué des longues distances ‒ avec plusieurs marathons et ultra-trails à son actif ‒ il sera notamment sur la ligne de départ de l’UTNC (lire ci-dessous) ce week-end. « Cette course a un peu une valeur d’étalonnage pour moi. Si tout se passe bien, je devrais répéter cet effort sur une plus longue durée », raconte celui qui a posé ses valises à Lifou en 2018.

Près de 1 000 km

Car début septembre, Gilles partira de Poingam en direction de Prony… avec ses guiboles comme seule force motrice. Un périple auquel il ajoutera la traversée des trois îles Loyauté et de l’île des Pins pour un total avoisinant les 1 000 km.

Une partie se fera donc immanquablement sur la route, même si le coureur privilégie au maximum les tronçons en pleine nature, en suivant notamment les GR Nord et Sud. « L’idée, ce serait de courir entre 30 et 49 km quotidiennement ‒ de préférence le matin afin de profiter de l’après-midi pour visiter un peu l’endroit où je m’arrêterai ‒ avec une journée de repos tous les quatre jours. Mais c’est un prévisionnel, car entre la pluie, les blessures et le mental, je serai bien obligé de m’adapter une fois sur le terrain », explique le traileur, qui court en écoutant des livres audio ou des podcasts. Un effort qu’il répètera pendant un mois, en dormant en camping ou dans les gîtes qu’il croisera sur son chemin.

Encourager le sport santé

Derrière ce défi sportif se cachent d’autres objectifs. Celui, d’abord, de prendre son temps. Pour découvrir les paysages de l’île dans leur intégralité, ainsi que les populations qui la composent. Mais aussi promouvoir le sport santé : « On attend souvent d’être malade ou blessé pour se préoccuper de son corps. Je suis, à l’inverse, persuadé que l’on devrait prendre soin de soi au quotidien, en conservant une certaine hygiène de vie. Cela éviterait une grande partie des maux », expose Gilles Guetemme.

Une vision qui fait écho à son parcours de vie. Car après avoir été bercé par une enfance sportive, il découvre à l’âge adulte qu’un seul de ses reins fonctionne. On lui déconseille toute activité sportive. « J’ai eu quelques problèmes de santé et j’ai longtemps conservé cette image d’un corps fragile », confie « Gilou ». Mais de nombreuses années plus tard, il se remet progressivement à la course à pied ‒ « et mes troubles se sont dissipés peu à peu » ‒ jusqu’à participer à des ultra-trails d’une centaine de kilomètres. Une détermination qui devrait être mise à rude épreuve tout au long de son odyssée.

Gilles Guetemme ambitionne de traverser la Calédonie en courant.

 


Un ultra-trail de « seulement » 84 km

Le Festival des trails, c’est ce week-end à Plum. Au programme, des courses de 10 et 20 km, mais surtout l’épreuve reine, l’ultra- trail, qui passe, pour cette 5e édition, de 133 kilomètres à une boucle de 84 bornes. « Avec la crise sanitaire, on n’a eu l’autorisation d’organiser l’évènement qu’en janvier. C’était un peu serré pour préparer une aussi grande course », explique Daniel Bonnefis, président de l’association l’Union des traileurs de Nouvelle-Calédonie.

Mais que les quelque 140 inscrits ‒ dont 18 duos qui se relayeront à mi-parcours ‒ se rassurent (ou non), la course n’en sera pas moins difficile. Un départ à minuit (au lieu de 4 heures habituellement) dans la nuit de samedi à dimanche, dont les neuf premiers kilomètres qui sont particulièrement techniques, près de 3 800 m de dénivelé positif cumulé et, surtout, un tout nouveau tronçon à partir du 47e kilomètre, qui n’a jamais été pratiqué par la grande majorité des coureurs.

Quels favoris ?

Alors que près de 80 % des traileurs devraient venir à bout du parcours après 18 ou 19 heures d’efforts, quels seront ceux qui passeront la ligne d’arrivée en tête ? Toujours difficile de se prêter au jeu des pronostics, même si les deux vainqueurs de l’an passé, Gauthier Legrand et Élodie Pichard, partent évidemment avec une étiquette de favoris collée sur le dos. Mais Oswald Cochereau et Alexis Daveluy chez les hommes, et Natalia Prado et Dominique Le Flecher du côté des femmes, sont également à surveiller.

 

Titouan Moal (© DR)

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market