Coronavirus : les mesures s’intensifient, la stigmatisation aussi

L’épidémie de coronavirus challenge nos sociétés à bien des niveaux. Nous en évoquons cette semaine les risques sanitaires, politiques et économiques. Cette épidémie questionne aussi les réactions humaines en ces temps difficiles. Et la part grandissante de l’impact des réseaux sociaux sur nos idées et comportements.

Les « fake news » circulent en nombre. L’information en continu suscite la panique… et génère les réactions les plus regrettables. Ainsi de par le monde, on a vu une exacerbation du sentiment antichinois. Les asiatiques en Australie ou en France, pour ne citer que ces pays, font l’objet d’une campagne de discrimination. Une campagne d’une bêtise incroyable. En sommes-nous à rappeler que le virus en lui-même n’a pas de nationalité, que les Asiatiques ne sont pas tous Chinois et que tous les Chinois ne débarquent pas de Chine… ?

Des pays ont aussi totalement fermé leurs frontières pour se protéger. On le comprend tout à fait, mais ces réactions en chaîne nous amènent simplement à imaginer ce qu’il pourrait advenir du monde et des relations humaines en cas de véritable catastrophe mondiale… Qui plus est à l’heure d’internet…
Heureusement préservée, la Nouvelle-Calédonie peut encore vaquer à ses occupations. Les choses sérieuses vont reprendre véritablement en ce mois de février avec la rentrée des élèves, des politiques et la campagne pour les élections municipales. Nous ne devrions pas nous ennuyer…

Nous nous sommes notamment intéressés à la rentrée universitaire, au clap de fin pour la proposition de loi pour l’inscription des natifs de droit commun sur le corps électoral spécial, aux éléctions, notamment à Nouméa avec l’annonce de Sonia Lagarde de se représenter ou encore à l’intéressant – et nécessaire – questionnaire public sur le secteur aérien en Nouvelle-Calédonie.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market