Comptes bancaires inactifs : l’UFC -Que choisir perd patience

C’est dans un communiqué de presse diffusé la semaine dernière, que l’UFC-Que choisir a décidé de fait part de son humeur. « Nous avions observé, dans un communiqué de presse du 21 décembre 2015, que les frais (prélevés par les banques sur des comptes inactifs) devaient être précisés en Nouvelle-Calédonie », rappelle l’Union fédérale des consommateurs. Quatre ans plus tard, un arrêté datant du 27 décembre 2019 a statué sur le montant de ces frais.

Selon la loi, il vous en coûtera au maximum 3 600 francs si vous n’utilisez pas votre compte bancaire pendant plus de douze mois. Mais l’arrêté ne précise pas s’il s’agit d’un tarif hors taxe ou toutes taxes comprises (TTC). Par défaut, le plafond annuel est donc instauré à 3 816 francs TTC. L’UFC-Que choisir note qu’en dehors de l’OPT et de la BCI, les autres banques calédoniennes sont clairement en dehors des clous. À compter du mois d’avril, la BNC, qui ne donne aucune définition d’un compte dormant, prélèvera 10 324 francs aux clients qu’elle considère inactifs. La Société générale taxera 6 916 francs les comptes sans mouvement depuis plus de trois mois. Quant à la BNP, elle n’a pas publié ses nouveaux tarifs, mais sa cotisation actuelle est de 21 840 francs sur les comptes inactifs de plus de trois mois. Face à cette situation, l’association de consommateurs conclut : « Si vous avez un compte bancaire qui dort, fermez-le ! »

V.G.

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market