Batailles mondiales à la Côte-Blanche

Ultime manche du circuit mondial de la PWA*, la Bureau Vallée Dream Cup commence ce lundi à Nouméa (18 au 23 novembre). Comme tous les deux ans, les meilleurs de la discipline tenteront de décrocher le titre planétaire. Voici ce qu’il faut retenir de cet événement.

De l’Anse-Vata à la Côte-Blanche

C’est la grande nouveauté de cette édition 2019 : le déménagement de la plage de l’Anse-Vata au Centre des activités nautiques de la Côte-Blanche. La place idéale puisque le public pourra assister au spectacle d’encore plus près qu’avant. Sur place, les trois digues permettront aux visiteurs de ne rien rater des joutes et des stands seront installés avec notamment des points d’information sur les clubs résidents (ACPV, SRC et CCN). Créé en 2011 pour les Jeux, le CAN retrouve ainsi une grande compétition.

Une formule inchangée

Si, contrairement à l’édition 2017, il n’y a pas de foil engagé cette année, le reste ne bouge pas pour le slalom. La compétition est divisée en manches. Chacune d’entre elles commence par des phases de poule, puis des éliminations directes. À la fin d’une manche, un classement est établi, avec un nombre de points pour chaque slalomeur en fonction de son classement. Le premier obtient 0,7 point, le deuxième 2, le troisième 3 et ainsi de suite. Des manches sont lancées tant que les conditions météo le permettent. Après cinq jours de compétition, le véliplanchiste qui a le moins de points l’emporte.

Nouméa, terre du sacre

Comme à chaque fois depuis son retour en 2014, la Dream Cup viendra couronner le meilleur slalomeur de la saison. Chez les dames, c’est Delphine Cousin-Questel qui est en tête du classement général. En ballotage favorable, elle a cependant relancé le suspense, bien malgré elle, en annonçant une blessure au pied. De quoi ouvrir la porte à Marion Mortefon. En cas de victoire, et d’une contre-performance de Cousin Questel, elle serait titrée. Côté messieurs, il y aura de la tension dans l’air puisque trois hommes peuvent encore prétendre à la couronne de champion du monde de slalom. Matteo Lachino et Pierre Mortefon tiennent la corde et sont à égalité de points en tête du général. Mais l’inusable Antoine Albeau, l’homme aux 24 titres de champion du monde, est en embuscade et profitera de la moindre défaillance des deux hommes de tête.

Et les Cagous ?

Si de nombreux Calédoniens seront sur le plan d’eau de la Côte-Blanche, puisque la compétition se passe à la maison, on suivra avec une attention toute particulière les habitués du circuit. Chez les garçons, Damien Cervera, Nicolas Goyard et Basile Jacquin. Ce dernier est actuellement 18e et pointe en tête du classement jeunes. La Dream Cup sera sa cinquième manche de la saison. Il les aura toutes faites avec notamment une belle 12e place, à Marignane, en ouverture. Chez les filles, le niveau est très élevé du côté des Cagoues avec trois locales dans le top 10 : Océane Lescadieu, Lilou Granier et Tuesday- Lou Judd. La première tentera de faire aussi bien qu’en 2014 où elle avait fini huitième. Lilou, elle, devrait terminer la semaine avec le titre de championne du monde jeunes, juste devant Tuesday-Lou. Le windsurf calédonien semble avoir de beaux jours devant lui.

* Professional Windsurfers Association

Texte et photo A.B.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market