Badminton : quatre places pour les Mini-Jeux

Qui seront les quatre badistes qui représenteront la Nouvelle-Calédonie à l’occasion des Mini-Jeux du Pacifique aux îles Mariannes du Nord du 17 au 25 juin ? La Coupe d’ouverture, disputée le week-end des 26 et 27 mars à Magenta, a permis de jauger les forces en présence.

Pas de surprise chez les femmes. Déjà sélectionnée pour les Jeux de Suva en 2003, d’Apia en 2007, de Nouméa en 2011, puis de nouveau présente à Apia il y a trois ans, Johanna Kou est toujours dans le coup. À 46 ans, la présidente de la Ligue de badminton a encore fait parler son expérience du volant le week-end dernier, en remportant la compétition en simple, et devrait logiquement être du déplacement à Saïpan.

Chez les hommes, les anciens aussi tiennent tête

Face à elle en finale, Marine Souviat, 15 ans, ne s’est pas laissé démonter. Entraînée par Johanna Kou, cette dernière fait indéniablement partie de la relève calédonienne de la discipline et est, elle aussi, en bonne voie pour intégrer l’équipe. « Derrière les Mini-Jeux, il y a surtout les Jeux du Pacifique à Tahiti dans cinq ans (le badminton ne fait pas partie des disciplines retenues pour les 17es Jeux aux Salomon l’année prochaine, NDLR). C’est dans cette optique qu’il faut que l’on forme la jeunesse. On doit leur faire gagner en expérience, car les anciens ne seront peut-être plus là », pose Thommy Sargito, l’entraîneur de la sélection.

Du côté des hommes aussi, jeunesse et expérience s’opposent. En l’absence du vainqueur de la Coupe d’ouverture Ronan Ho-Yagues qui, non vacciné, ne pourra pas défendre les couleurs des Cagous aux îles Mariannes du Nord, les jeux ne sont pas encore faits. Aux entraînements de la présélection, trois à quatre par semaine depuis la fin de l’année dernière, les « anciens » tels que Carl N’Guela ou Glenn Gowet tiennent tête à Julian Tiollet, Lucas Juillot (médaillé d’argent en simple hommes le week-end dernier alors qu’il n’a que 17 ans) ou encore Yohan de Geoffroy.

Une compétition rude aux Îles Mariannes

Un choix d’autant plus difficile que la compétition risque d’être particulièrement rude pour les Cagous. Avec seulement quatre athlètes sélectionnables pour disputer les matchs en simple et en double, ils devront être au meilleur de leur forme pour résister aux assauts des badistes fidjiens et tahitiens qui devraient, quant à eux, se déplacer en nombre. « On n’aura pas de remplaçants, nos joueurs vont être alignés sur tous les tableaux. Cela va être intense pour eux et il va falloir composer avec les spécialités de chacun », souffle le coach de la formation calédonienne.

Surtout que dans l’équipe des Tahitiens, le niveau risque d’être particulièrement relevé : « ils ont plusieurs joueurs qui évoluent en Métropole, dont Rémi Rossi, qui s’entraîne à l’Insep », prévient Johanna Kou. Mais avant de se confronter à la fine fleur des badistes du Pacifique, les Calédoniens devraient une nouvelle fois s’affronter à l’occasion d’un tournoi, fin avril. Une dernière chance pour prouver sa valeur… et espérer décrocher son ticket pour Saïpan.

 

Neuf disciplines seront présentes aux Mini-Jeux : le badminton, le golf, le triathlon, le va’a, l’athlétisme, le tennis, le beach-volley et le baseball.

 

Titouan Moal (© Dario Martoredjo)

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market