Agression de gendarmes à Ouvéa

Lundi, une patrouille de trois gendarmes de Fayaoué est intervenue sur un rassemblement opéré par des hommes sur la route au niveau de la tribu de Banutr. Selon le récit du procureur de la République, Alexis Bouroz, ces derniers ont expliqué qu’ils attendaient leurs adversaires du district sud pour en découdre. Trois semaines auparavant, un des leurs avait été tué d’un coup de couteau devant la station Total. Mais « alors que le dialogue semblait instauré et pour une raison inexpliquée », un jeune a porté un coup de poing à un des deux gendarmes qui a fait ensuite usage de sa bombe lacrymogène. Le groupe s’est alors agité, frappant l’adjudante à la tête avec une pierre. Dans le même temps, le véhicule de la gendarmerie a été saccagé à coups de pierres et incendié. Un gilet pare-balles a été dérobé. Les militaires ont finalement été secourus par trois autres gendarmes en repos qui passaient à proximité. L’alerte a alors été donnée et des renforts envoyés. Après les premières investigations et interventions des coutumiers, six hommes âgés de vingt à quarante ans, ont été placés en garde à vue à Nouméa. Ils doivent être placés en détention avant leur comparution devant le tribunal correctionnel, vendredi. Ils seront jugés pour vol en réunion, violences aggravées, dégradations.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market