Direction le troisième référendum

Le ministre des Outre-mer est arrivé sur le Caillou. Sébastien Lecornu effectue actuellement sa quatorzaine au haut- commissariat. On le sait de son ministère puisque aucun message n’a encore été adressé aux Calédoniens, hormis aux élus, et encore… par textos. Une première, hallucinante, à l’ère du numérique, du télétravail et dans un contexte local assez anxiogène… Le jeune ministre pourtant a fort à faire ! Outre ses missions générales qu’il continue de conduire depuis la Nouvelle-Calédonie, il est surtout là pour engager les négociations sur la sortie de l’Accord de Nouméa. La donne, la voici : les indépendantistes ont déjà indiqué qu’ils iraient au troisième référendum, qui pourra être demandé dans six mois par un tiers des élus du Congrès, comme le prévoit l’Accord. Ils veulent bien dialoguer, mais uniquement sur les conditions de l’indépendance qu’ils considèrent comme « inéluctable ». Il sera donc difficile de changer cette posture déjà observée ces dernières années et renforcée par la progression du oui à la deuxième consultation. À vrai dire, il n’y a, à ce jour, aucune raison pour qu’ils négocient quoi que ce soit. C’est avant ces référendums qu’il aurait fallu discuter… Il semble alors évident que nous irons au troisième scrutin. Il faudra donc le remporter, même si l’écart se resserre, et alors le moment sera venu d’établir de nouvelles bases. Et de donner ensuite le droit de vote à toutes les personnes qui sont durablement établies sur le territoire. Enfin, même s’il revient aux calédoniens de décider de leur avenir il faudrait que l’Etat se positionne …

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market