Trop de listes, tuent les listes

La course aux provinciales est bel et bien ouverte et pourtant, c’est à se demander si l’enjeu n’est pas pris à la légère tant les listes sont nombreuses. À deux mois des élections, on en compte pas moins de onze uniquement en province Sud, soit autant que le total des listes déposées pour l’ensemble des trois circonscriptions en 2014.

Pourtant les enjeux de ces provinciales sont énormes. Que dirait Paris et quelles seraient ses intentions si le Congrès devait passer aux mains des indépendantistes, juste après un référendum qui a confirmé par la majorité la volonté des Calédoniens de rester dans la France ?

Alors pourquoi multiplier les listes sachant que plus il y a aura de dispersion des voix, moins les grands partis du maintien de la Calédonie dans la France en auront ? Sachant qu’en face, les indépendantistes partiront unis, comme à chaque grande échéance électorale.

Cette multiplication des listes s’explique probablement par un ras-le-bol du système actuel, celui de la majorité au pouvoir, celui de Calédonie ensemble. Certains ont décidé de peser dans le débat, pour tenter d’apporter du renouveau, pour tenter de redresser la situation économique et sociale. D’autres se sont lancés dans la course aux provinciales pour arriver à monnayer un ralliement auprès d’un grand parti d’ici la fin des dépôts officiels des candidatures, le 23 avril prochain.

Concernant les forces en présence, dans le Nord et les Îles, L’avenir en confiance et Calédonie ensemble mènent des discussions pour s’unir et contrer les indépendantistes.

En province Sud, on compte à ce jour onze listes avec tout d’abord les habitués, les grands partis. Les loyalistes qui se sont rassemblés dans la liste L’avenir en confiance, emmenée par Sonia Backes ; Calédonie ensemble qui devrait révéler prochainement sa tête de liste et le FLNKS qui doit dévoiler ses intentions d’unité à la fin du mois.

On trouve ensuite le Rassemblement national, emmené, et c’est une demi-surprise, par Alain Descombels ; la CNR (Calédonie Nouvelle réunie) d’Édouard Leoni et le ROC plurielle (Rassemblement océanien dans une Calédonie plurielle) de Mikaele Tuifua.

Du côté des petits nouveaux, il y a l’ACT (Alliance citoyenne pour la transition démocratique, écologique et solidaire) de Martine Cornaille, l’Éveil océanien de Milakulo Tukumuli, Destin commun calédonien de Giovanni Talafili et Construire autrement de Joël Kasarhérou. Enfin, côté indépendantiste, s’est déclarée la liste Mouvement indépendantiste souverainiste de Luther Voudjo.

De quoi y perdre son latin…

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market