Schéma de transition énergétique : Une « absence totale d’ambition politique », selon Les Républicains

Le schéma de transition énergétique du gouvernement sera présenté dans les prochains jours au Congrès et on peut déjà s’attendre à de vives oppositions.

Sur la forme déjà, Les Républicains n’ont déjà pas vraiment apprécié que ce document « serve d’outil de communication au président du gouvernement pour la COP21 » alors même qu’il n’a pas été présenté localement.  Ces derniers s’opposent par ailleurs à l’action phare du schéma : la création d’un nouvel établissement public, en l’occurrence une agence de l’énergie, financée par une hausse du prix de l’essence et du gazole.

« Après une hausse successive des taxes sur les carburants, Les Républicains considèrent comme inacceptable que les consommateurs subissent une nouvelle augmentation de la fiscalité de l’ordre d’un milliard pour le financement d’une nouvelle structure publique », indique le groupe politique. Sur ce milliard, 450 millions de francs seraient destinés à l’instauration d’un tarif social de l’électricité pour les bénéficiaires de l’aide médicale, ce qui pèserait une nouvelle fois, estiment ils, sur les classes moyennes.

Pour eux, « le développement des énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie ne doivent pas se limiter à un catalogue de bonnes intentions mais s’organiser autour d’un plan ambitieux ». Et parmi leurs propositions, l’instauration d’un cadre réglementaire en matière de développement des énergies renouvelables avec une programmation pluriannuelle des investissements de production renouvelable, une nouvelle réglementation pour développement de l’hydroélectricité, le développement du petit éolien, la création de nouvelles énergies renouvelables (biomasse, marine, déchets) dès 2016.

Les Républicains misent par ailleurs sur l’instauration de dispositifs incitatifs : tarif de rachat de l’électricité par les particuliers, dispositif d’incitation à l’achat des chauffe-eau solaires et des panneaux photovoltaïques pour les particuliers, crédit d’impôt renouvelable pour les entreprises souhaitant s’équiper de panneaux photovoltaïques.
« Quand le gouvernement de Calédonie ensemble s’inscrit dans une hausse de la fiscalité et une multiplication des démarches administratives, Les Républicains privilégient un schéma favorisant l’initiative privée et qui accompagnerait les Calédoniens grâce à des dispositifs incitatifs, vers cette transition énergétique », concluent-ils.

C.M.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market