Nouvelle-Calédonie : « La confiance décroche », dit l’IEOM

La Tribune.Rarement, voire jamais, une note de l’IEOM aura été aussi alarmante et alarmiste que celle publiée cette semaine sous le titre « La confiance décroche en Nouvelle-Calédonie » : moins 10% de confiance en un trimestre du côté des chefs d’entreprises. Conséquences : investissements en berne et perspectives d’embauches révisées à la baisse de semaines en semaines.

D’ordinaire les analyses de l’Institut d’Emission d’Outre (IEOM) sont plus circonspectes et conjoncturelles, comme on le dit pudiquement ; le vocabulaire y est choisi mais jamais incisif ; les courbes s’arrêtent à temps, pour ne pas plonger visuellement… La dernière « Note express » de l’IEOM, indiquant « les premières tendances observées au 1er trimestre 2016 », fait cette fois l’effet d’un brûlot. Non parce que les chiffres présentés surprennent, mais parce qu’ils confirment les errements de la politique économique actuellement suivie par le gouvernement Germain… Et apportent de l’eau au moulin de tous ses contradicteurs.

En clair, l’IEOM résume, noir sur blanc, ce que les milieux économiques calédoniens énoncent depuis des mois et que les syndicats ne veulent pas (encore ?) entendre. « L’indicateur du climat des affaires (ICA), qui résume l’opinion des entrepreneurs interrogés sur la conjoncture, s’effondre au premier trimestre 2016 (-9,3 points) », lit-on. « Il s’établit à 77,8 points, son plus bas niveau historique, à 22,2 points de sa moyenne de longue période », sous laquelle la Calédonie a plongé en juillet 2011.

« Cette dégradation marquée, expliquent les analystes de l’IEOM, fait suite à un léger rebond au quatrième trimestre 2015. Elle s’explique pour partie par l’affaissement de l’opinion des entrepreneurs sur le trimestre écoulé. Hormis au troisième trimestre, cette composante passée de l’indicateur était restée globalement bien orientée en 2015. » Traduction : on craignait le pire en 2015 avec une Calédonie « durablement déprimée par une crise profonde et dont le conflit des rouleurs n’était qu’une expression »… Mais ce « pire » pourrait n’advenir qu’en 2016 ! Pas vraiment engageant.

D’autant que selon cette même enquête de l’IEOM, les entrepreneurs calédoniens affichent un volume d’activité en baisse. Une baisse qui s’accélère depuis le début de l’année 2016 pour atteindre -30% par rapport à leur moyenne. La trésorerie des entreprise suit la même courbe : après un bref redressement fin 2015, elle s’altère durablement au premier trimestre 2016. Les prévisions d’investissement en pâtissent et sont à leur niveau le plus bas depuis 2011. Or sans investissements, moins d’emplois : les perspectives d’embauches, qui auraient du enregistrer un rebond en février/mars, affichent une baisse constante depuis le dernier trimestre 2015, où l’on dénombrait déjà +9% de demandeurs d’emplois…

Enfin, « pour le deuxième trimestre 2016, les chefs d’entreprise font globalement état d’anticipations à la baisse, tant sur leurs prix de ventes que sur les perspectives d’investissements ou d’embauche », conclue la note de l’IEOM. On comprend que certains voient dans ces chiffres le vrai bilan économique de la politique de Philippe Germain.

M.Sp.

 

 

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market