Mouvement de grogne contre la justice

Par communiqué de presse, le procureur de la République a fait savoir que la plainte de Chérifa Linossier contre l’ex-ambassadeur du Vanuatu allait purement et simplement être classée.
L’histoire remonte au mois de février. Robby Judes, alors ambassadeur de France au Vanuatu, effectue une mission en Nouvelle-Calédonie. À l’occasion d’un dîner rassemblant des chefs d’entreprise, l’indélicat a, comme on dit communément, mis une main aux fesses de la patronne de la CPME-NC. Nous nous permettons de l’affirmer, car le procureur de la République, Alexis Bouroz, a, dans son communiqué, souligné que les faits étaient constitués. L’ambassadeur aurait eu le même type de comportement avec une autre femme sur l’île aux Canards, quelques jours plus tard.

La justice a estimé que la sanction avait été proportionnelle aux faits puisque Robby Judes a quasiment aussitôt été démis de ses fonctions.
Sauf que ce qui fait tout l’intérêt d’une sanction, au-delà de la punition pour le coupable, c’est la portée pédagogique que cette dernière peut avoir pour le public. En l’occurrence, si le procureur estime que l’ambassadeur déchu a été suffisamment « puni », les Calédoniens, concernés par cette affaire, n’ont aucune idée de la réelle sanction qui lui a été infligée. L’ex- diplomate coule d’ailleurs probablement des jours tranquilles dans un bureau feutré d’un ministère. On n’en saura probablement jamais rien. Et on peut s’inquiéter pour les femmes qui auront à travailler à ses côtés…

Et c’est sans compter l’argument développé par Chérifa Linossier qui estime qu’au-delà de la sanction administrative, Robby Judes doit répondre de ses actes devant la justice. À l’heure où l’on s’indigne des violences faites aux femmes, est-il audible d’entendre de la part d’un magistrat que « justice est faite, circulez, y a rien à voir » ? Probablement pas. Et puis quelle image de la justice renvoie cette décision à toutes les femmes qui luttent pour que l’intégrité de leur corps soit reconnue et préservée ?

Cet acte est loin d’être anodin. Et ne pas juger ce genre d’histoire a tendance à les banaliser. Le 26 avril, la Commission européenne a publié son tableau de bord de la justice qui tient compte, entre autres, de la qualité, l’accessibilité et l’indépendance de la justice. Est-ce vraiment une surprise ? La France figure dans les derniers de ce baromètre.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market