Les requins inquiètent

Difficile, cette semaine, de mettre un pied dans l’eau sans arrière-pensée. Samedi 25 mai, le jeune Anthony, 10 ans, a été attaqué par un requin bouledogue à Port du Sud, alors qu’il se baignait à l’arrière du bateau familial. Le garçon a eu une jambe et une partie du bassin arrachées, mais il a miraculeusement survécu et est désormais soigné en Australie. Le drame a suscité un élan incroyable de compassion et de solidarité en Nouvelle- Calédonie ainsi qu’à l’extérieur.

Cinq jours plus tard, nouvelle tragédie : un homme de 43 ans a cette fois perdu la vie, après une attaque de requin survenue alors qu’il pêchait des holothuries sur le grand récif Cook, au large de Bélep. Il a été mordu au mollet et ses proches n’ont pas pu le sauver. Les circonstances sont différentes, mais forcément, ces attaques rapprochées inquiètent les Calédoniens.

Puis il y a eu ces multiples signalements.
À Nouméa, la Baie-des-Citrons a été fermée temporairement à la baignade, lundi matin, après qu’un requin entre 1,50 et 2 mètres a été repéré par les pompiers du poste de garde. Une nouvelle interdiction est par ailleurs entrée en vigueur sur toute la rivière de la Dumbéa, en amont et en aval du parc Fayard, ainsi que sur le secteur de Foué, à Koné. Des bouledogues ont aussi été filmés à Nouville.
Alors sans surprises, de nombreuses structures ont décidé de suspendre leurs activités nautiques à l’approche des vacances scolaires.

Si cette « loi des séries » n’est pas une première en Calédonie, les questionnements demeurent : le contexte de croissance de l’activité humaine sur l’ensemble du territoire, couplée à la protection des requins « toutes espèces confondues » entrée progressivement en vigueur depuis 2013, n’a-t-il pas posé les bases d’un environnement favorable impliquant inévitablement une prolifération et une sédentarisation de ces espèces et notamment des requins bouledogues, particulièrement dangereux ?
Le « shark feeding » a été interdit en province Sud en 2017 et en 2018, des mesures ont été prises pour limiter l’utilisation des déchets de poissons à Nouméa et accroître la surveillance dans la zone. Sont-elles aujourd’hui bien appliquées et suffisantes ?

L’association Nouvelle-Calédonie Prévention requin alerte les pouvoirs publics depuis 2016 sur ce danger. En ce qui concerne la protection des requins, elle avait notamment évoqué l’opportunité de déplacer les réserves régulièrement, de réguler la pêche ou encore de faire la distinction entre les différentes espèces de requins qui ne sont pas toutes menacées. « En protégeant à tout prix, se demandait-elle à l’époque, ne prend-on pas le risque de mener la Nouvelle-Calédonie vers un chemin identique à celui de La Réunion ou du Brésil ? ». Il semble essentiel que nos dirigeants ne baissent pas la garde sur le sujet.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market