L’encadrement, tout un art

Installées dans leur boutique atelier « Domina Cadre » de la Maison des artisans, Dominique Guiguin et Dominique Hacques vivent à 100 % leur passion pour l’encadrement. De l’encadrement sobre d’oeuvres à la création artistique, elles déclinent leur talent sous multiples formes.

Facile à retenir, chez Domina Cadre, il y a toujours une Dominique pour vous accueillir, le sourire aux lèvres en prime. Encadreuse formée en métropole, Dominique Guiguin a ouvert la boutique il y a une douzaine d’années, après avoir été installée au Faubourg-Blanchot. Elle compte 35 ans de métier qu’elle exerce en parallèle d’une autre profession. Et elle est plus que jamais passionnée par cette activité dont elle s’est entichée, grâce à un « amour de l’art », un « esprit carré », beaucoup de « rigueur » et de « précision ».

« On voit tout de suite quand quelque chose ne va pas dans un cadre. On est au millimètre près », précise-t-elle. Très vite, l’artisan a souhaité partager son savoir via des ateliers qu’elle continue d’animer chaque semaine pour des groupes de cinq à six personnes. De quoi susciter des nouvelles vocations. C’est ainsi que l’une de ses « élèves », Dominique Hacques, férue de travaux manuels, a été prise du virus et qu’elle a rejoint l’autre « Dom », comme elles s’appellent toutes les deux, à l’atelier qu’elle occupe le matin alors que sa collègue est là l’après-midi.

Créations locales

Les deux compères ont plusieurs activités. Elles encadrent d’abord des œuvres pour leurs clients. Ici, le travail est effectué sur mesure, avec une proposition d’une large gamme de baguettes et la garantie d’utiliser des produits de qualité, au PH neutre, « pour que les cadres résistent au temps ». Le mieux est de venir avec ses peintures, lithos, tapas ou photos et de se laisser guider. Pour elles, chaque œuvre est un nouveau « challenge », un nouveau « plaisir à faire » et elles y mettent tout leur cœur.

Et elles proposent aussi, on le disait, les stages où l’on apprend les différentes techniques de l’encadrement d’art. Du « biseau perroquet », au « biseau français » en passant par la « forte pente », on apprend à jouer avec la profondeur, le relief, les couleurs et à utiliser les outils, règles, cutters, colle, etc. Les cours ne désemplissent pas et l’ambiance y est résolument conviviale.

Enfin, elles ont développé une activité de création de cadeaux. Elles travaillent avec des sculpteurs locaux, des artistes (comme des peintres sur bénitier), elles encadrent leurs œuvres et les subliment. Ce qu’elles appellent encore un vrai « régal » pour les yeux…

Du très sobre au très travaillé, on a l’embarras du choix pour encadrer ses œuvres fétiches.

Durant les stages, les « élèves » apprennent les rudiments de l’encadrement d’art. Jusqu’à proposer des œuvres très complexes.

La galerie propose des créations en partenariat avec des peintres, des dessinateurs et des sculpteurs. On peut y trouver de bonnes idées cadeaux.

La règle d’or, c’est que l’encadrement doit toujours être au service de l’oeuvre et non l’inverse. Il ne doit pas l’étouffer…

 

Galerie-atelier Maison des artisans

12 avenue James Cook – Nouville domina.cadre@mls.nc 84 74 32  ou 76 60 23

Cours sous forme de stages

Lundi, mardi, jeudi et vendredi après midi, mardi soir.
15 000 francs les 15 heures puis 1800 F la séance de 3h.

C.M.

Imprimer

Back to Top

Web Design BangladeshBangladesh Online Market